Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 avril 2008 3 02 /04 /avril /2008 13:50

Tumulus :(Terme d'Archéologie )
" Tertre artificiel élevé au dessus d'une Tombe " .

( Définition extraite du remarquable dictionnaire "Petit Robert ", dont l'auteur Paul Robert fut un descendant d'une famille des Hautes-Alpes  émmigrant en 1849 dans le Chéliff en Algérie).
Il n'est que de becher et retourner cette librairie sans fond qu'est Internet pour y trouver toujours un trésor.
Pour moi, ce fut le Carnet de Notes de Léonardo Da Vinci, ou du moins quelques pages des dizaines de feuillets où le Génie Florentin consignait des esquisses de ses  inombrables inventions .
La British Library nous en donne un gout . En activant ce site (une minute de chargement), allez jusqu'en bas de l'accueuil : un bouton vous permettra d'écouter la présentation .
Puis, en tirant avec la souris la première page de droite à gauche, apparaitront les 3 possibilités :le texte, le son, et une loupe pour examiner les dessins . Dix pages émouvantes par la sensation de tenir dans votre main ces feuillets fragiles. De Vinci écrivait de droite à gauche . Ecriture dite "spéculaire" *(1). J'ai essayé d'inverser ses lignes avec un miroir, mais ce n'est pas pratique avec l'écran de l'ordinateur !. Ces Carnets au complet sont consultables pour les favorisés au Cyber-Louvre du Musée  ou à l'Institut , nous précise-t-on dans l'accueil.

1) Explications en Francais du site du Louvre sur le contenu des Carnets :
ttp://www.bibliotheque-institutdefrance.fr/historique/devinci.html

2) Vision de quelques feuillets du site Anglais :
Dans ces pages, des croquis de Four Solaire ( précédent de cinq siècles celui de Font-Romeu !), des dessins de mécanique de levage, comme ce treuil, frère de la Machine d'Atwood qui nous fit souffrir au Bac , et bien d'autres géometries appliquées et même  d'architectures .
http://www.bl.uk/collections/treasures/leonardo/leonardo_broadband.htm?top

Mais pourquoi ma curiosité m'a- t-elle poussé en Italie ? Et bien parceque dans un des feuillets,( qu'hélas je ne peux en voir le dessin),  Léonard de Vinci y a  fait, entre autres croquis d'architecture , une esquisse d'un projet de mausolée bizarre que l'on ne retrouve que dans la civilisation étrusque ou nubienne .
En effet  le "Notesbooks of Leonardo da Vinci ", Jean-Paul Richter*(2) l'a traduit et  publié pour la première fois en  1880 .Voici le paragraphe 757 qui a piqué ma curiosité   :
http://books.google.co.il/books?id=eioDAAAAQAAJ&pg=PA291&lpg=PA291&ots=QxAZ8Qszbp&dq=


  Design for a Mausoleum.
"Pl. XCVIII (P. V., 182. No. d'ordre 2386). In the midst of a hilly landscape rises an artificial mountain in the form of a gigantic cone, crowned by an imposing temple.
At two thirds of the height a terrace is cut out with six doorways forming entrances to galleries, each leading to three sepulchral halls, so constructed as to contain about five hundred funeral urns, disposed in the customary antique style. From two opposite sides steps ascend to the terrace in a single flight and beyond it to the temple above. A large circular opening, like that in the Pantheon, is in the dome above what may be the altar, or perhaps the central monument on the level of the terrace below.
The section of a gallery given in the sketch to the right below shows the roof to be constructed on the principle of superimposed horizontal layers, projecting one beyond the other, and each furnished with a sort of heel, which appears to be undercut, so as to give the appearance of a beam from within. Granite alone would be adequate to the dimensions here given to the key stone, as the thickness of the layers can hardly be considered to be less than a foot. In taking this as the basis of our calculation for the dimensions of the whole construction, the width of the chamber would be about 25 feet but, judging from the number of urns it contains—and there is no reason to suppose that these urns were larger than usual—it would seem to be no more than about 8 or 10 feet.
The construction of the vaults resembles those in the galleries of some etruscan tumuli, for instance the Regulini Galeassi tomb at Cervetri (lately discovered) and also that of the chamber and passages of the pyramid of Cheops and of
the treasury of Atreus at Mycenae.
The upper cone displays not only analogies with the monuments mentioned in the note, but also with Etruscan tumuli, such as the Cocumella tomb at Vulci, and the Regulini Galeassi tomb[Footnote 1: See FERSGUSON, Handbook of Architecture, I, 291.]. The whole scheme is one of the most magnificent in the history of Architecture.
It would be difficult to decide as to whether any monument he had seen suggested this idea to Leonardo, but it is worth while to enquire, if any monument, or group of monuments of an earlier date may be supposed to have done so.[Footnote 2: There are, in Algiers, two Monuments, commonly called "Le Madracen" and "Le tombeau de la Chretienne," which somewhat resemble Leonardo's design. They are known to have served as the Mausolea of the Kings of Mauritania. Pomponius Mela, the geographer of the time of the Emperor Claudius, describes them as having been "Monumentum commune regiae gentis." See Le Madracen, Rapport fait par M. le Grand Rabbin AB. CAHEN, Constantine 1873—Memoire sur les fouilles executees au Madras'en .. par le Colonel BRUNON, Constantine l873.—Deux Mausolees Africains, le Madracen et le tombeau de la Chretienne par M. J. DE LAURIERE, Tours l874.—Le tombeau de la Chretienne, Mausolee des rois Mauritaniens par M. BERBRUGGER, Alger 1867.—I am indebted to M. LE BLANC, of the Institut, and M. LUD, LALANNE, Bibliothecaire of the Institut for having first pointed out to me the resemblance between these monuments; while M. ANT. HERON DE VlLLEFOSSE of the Louvre was kind enough to place the abovementioned rare works at my disposal. Leonardo's observations on the coast of Africa are given later in this work. The Herodium near Bethlehem in Palestine (Jebel el Fureidis, the Frank Mountain) was, according to the latest researches, constructed on a very similar plan. See Der Frankenberg, von Baurath C. SCHICK in Jerusalem, Zeitschrift des Deutschen Palastina-Vereins, Leipzig 1880, Vol. III, pages 88-99 and Plates IV and V. J. P. R.]"

Ainsi nous voici devant quelques sites archéologiques qui auraient pu inspirer le projet du Florentin :

1) En  Italie, avec les ruines de Cerveteri..
2) En  Algérie avec le tombeau dit de La Chrétienne près du Chenoua, et un    semblable Le Médracène près de Batna .
3) En  Israel, avec les ruines d'Hérodion .

En Italie : à Cerveteri .

James Fergusson* (3) a publié dans son "The Illustrated Handbook of Architecture" des précisions sur le Mausolée decouvert par Régulani et Galéani à Cerveteri . A la page 291 et suivantes, aisément accessibles vous y verrez un dessin précis de cette construction , (vous aider des flechettes pour tourner les pages ,et en attendez le plein chargement ) :
http://books.google.co.il/books?id=eioDAAAAQAAJ&pg=PA291&lpg=PA291&ots=QxAZ8Qszbp&dq=


En Algérie : Les Djedars .
Un beau lien à ne pas manquer de lire :
http://www.frenda.org/djedars.htm

Le Tombeau dit de " La "Chrétienne" .
Robert Dournon, dans le site d'Algérianie, a fait un beau travail de recherche sur ce Mausolée.
On y lira aussi avec intéret les légendes qui entourent ces ruines  :
http://www.algerianie.com/Lieux.htm#chretiennehttp://www.algerianie.com/Lieux.htm#chretienne

Mais aussi , il faut parcourir ce lien Kabyle très savoureux sur l'état actuel des Ruines :
http://www.kabyle.com/spip/spip.php?article12391

Souvenirs d'excursion, dans les annéees 50 .
De ce  littoral algérois aux  ruines archéologiques si riches, ce Tombeau  est une parmi tant de merveilles que le passé nous a légué. J'étais  jeune lors de ma premiere visite en famille. Le site était désert en cet après-midi caniculaire . Un vieux gardien en chéchia ,qui tenait sans doute une fonction héréditaire de Guide
nous proposa la visite intérieure de cet amas de pierres aux tons rouges . Au premier abord, je n'en vis pas l'entrée . Le vieil homme se munit de sa lampe à acétylene, battit le briquet et une longue flamme jaune sortit en sifflant qu'il raccourcit en adjustant la vis du bruleur.
Et en  nous baissant pour ne pas heurter notre tête à la roche, nous pénetrâmes, moi pas rassuré du tout sur les pas de mon père, dans ce couloir où dansaient nos ombres sur les  parois menaçantes suivant le caprice de la flamme . Pour enfin déboucher dans une salle haute, et fraiche vide de tout sarcophage ou de trésor gardé par des serpents...? Ma déception fut largement compensée par le retour à la lumière qui déjà dorait les blocs en fin d'après-midi.

Cette lampe à carbure*(4) je l'ai rencontré plus tard en cours de chimie . Dans l'amphi du Lycée Gautier, notre excellent professeur Bringuier écrivait à la craie avec sa fougue coutumière la réaction suivante, tout en nous expliquant ....hélas je ne m'en souviens plus , alors internet m'a sauvé la face ! :

- "Alors voici la donnée: On parle d'une lampe alimentée en carbure de calcium solide CaC2 qui réagit au contact de l'eau pour donner un gaz combustible l'acétylène C2H2 selon l'équation :
                                                   CaC2(s)+2H2O(l)-> C2H2(g) +Ca(OH)2(s) 
(ou  s est l'initiale pour solide, g pour gaz, et l pour liquide ) " .

Et se retournant, la craie d'une main, le chiffon de l'autre, enchaina  :
" Une documentation sur cette lampe précise : que le carbure de calcium du commerce contient environ 25% d'impuretés la consommation de 100g de carbure exige environ 50 g d'eau et permet de faire fonctionner la lampe pendant une demi-heure , une lampe comsommant un litre de gaz a la minute ".
Là, les choses se compliquaient ....

Je ne peux résister à insérer cette photo de classe (1954) avec Bringuier en blouse blanche . Merci Jean-Paul Follacci et Essmma  !.




Le carbure au contact de l'eau se transformait en gaz acétylène inflamable (5) ! C'était alors une lampe très utilisée dans les campagnes isolées  .

Le Médracène*. Dans la région de Batna.( Sur la carte en haut, près du chott)
*L'orthographe est variable suivant les auteurs !


LAMBESE

Photo ancienne extraite de "l'AFN de 1830 a 1962 " : Le Médracène


tombeau d'une reine de mauritanie


" Il est difficile de parler du Tombeau de la Chrétienne sans signaler qu'il existe dans le département de Constantine, près de Batna, un Mausolée analogue, le Médracen, qui serait le Tombeau de Massinissa, et qui semble avoir inspiré les constructeurs du Kober Roumia.
L'un et l'autre sont essentiellement formés d'un énorme tas de pierres recouvert d'une enveloppe architecturale. Le tas de pierre, plus ou moins haut, plus ou moins orné, a toujours été une sépulture africaine."

Voici un extrait du site :
 http://www.algerie-dz.com/forums/archive/index.php/t-37569.html


Thirga. ounevdhou
06/01/2007, 16h08
" Cinq milliards de centimes ont été octroyés par la wilaya de Batna pour la restauration du monument funéraire de Aguellid (Medracen) afin de le remettre dans son état primitif, a-t-on appris par la direction de l'urbanisation et de la construction de la wilaya de Batna. Pour ce qui est de l'étude du plan du site et de ses alentours, il leur a octroyé le montant de 1 milliard de centimes. En ce qui concerne l'étude et la restauration, il leur a été destiné la somme de 4 milliards de centimes.
Quant à l'équipe qui sera chargée de la restauration du tombeau de Médracen, si l'on se réfère aux dires du DUC de la wilaya de Batna, elle serait composée de spécialistes en matière de restauration ayant fait leurs preuves sur les sites de la ville de Tlemcen. Des travaux de restauration ont été engagés et le DUC de la wilaya de Batna préfère parler de la "phase de travaux d'urgence". Concernant les travaux de restauration, toujours selon ce responsable, ils seront incessamment engagés par des professionnels. Nous espérons que les monstruosités indélébiles commises par le restaurateur italien ne seront pas répétées.
Ces blocs en béton (côté est du monument) sont encore là comme témoins d'un crime commis sur la beauté d'un monument archéologique, témoignage de l'existence des Numides. Rappelons que le monument de Medracen aurait été érigé entre le IIe et le IVe siècles avant J.C. "

Détails de la construction .

Le Médracen (ou Madghassen), érigé au sommet d'une petite colline, est un gigantesque cône de pierre, à gradins, posé sur un socle cylindrique.

Cette base, peu élevée (4,43 m), est ornée de soixante colonnes engagées, surmontées de chapiteaux de style dorique supportant une architecture lisse et une corniche à gorge, caractéristique des monuments puniques.

L'ensemble rappelle beaucoup le Mausolée royal maurétanien proche de Tipasa. Mais il est plus tassé et les dimensions en sont plus réduites : 59 m de diamètre (61 m pour le " tombeau de la Chrétienne'). 18.50 m de haut (contre 33) avec vingt-quatre gradins seulement.

Edifié vraisemblablement à la fin du III siècle av. J.-C., ce tombeau a dû servir de modèle au mausolée de Tipasa et à quelques autres.
Il révèle une influence carthaginoise jusqu'en plein pays numide et porte témoignage de l'existence d'une civilisation brillante où les artisans savaient parfaitement tailler les pierres et les agencer d'une manière remarquable.

Le Médracen est contemporain des dynasties numides indépendantes ; on l'attribue généralement à Massinissa ou à son fils Micipsa. "
 
Photo aérienne absolument remarquable du Médracène extraite du site :
http://laportj.club.fr/stawski/index.html







En Israel :


Des archéologues retrouvent le tombeau du roi Hérode :

par Claire Dana Picard
mardi 8 mai 2007 - 09:07
Les archéologues font un métier passionnant, tout le monde en conviendra.
 Mais il peut quelquefois s'avérer très ingrat lorsque leurs recherches acharnées n'aboutissent pas. Cependant, leurs efforts sont parfois couronnés de succès comme ce fut le cas, fin 2006, sur le site du Hérodion, lors de la découverte des vestiges du tombeau du roi Hérode, que des chercheurs espéraient retrouver depuis une trentaine d'années.
Le Hérodion se trouve à une douzaine de kilomètres au sud de Jérusalem. Cette forteresse surplombant le désert de Judée abrite de nombreux appartements somptueux construits à l'époque par Hérode.

Cet événement, qui revêt une grande importance, a été relaté ce mardi matin par le professeur Ehoud Netser, chercheur à l'Institut d'Archéologie de l'Université hébraïque de Jérusalem, lors d'une conférence de presse. Il a souligné que les fouilles n'étaient pas terminées mais qu'on pouvait déjà être certain qu'il s'agissait bien de la sépulture du souverain. Il a encore précisé que la tombe avait été trouvée en hauteur, à proximité de trois puits, et que le sarcophage avait apparemment été brisé volontairement, sans doute par des adversaires de Hérode qui auraient ainsi assouvi leur vengeance.
Qui était ce souverain surnommé Hérode le Grand ? Hérode, fils d'Antipater, a régné sur Israël entre l'an 37 et l'an 4 avant l'ère chrétienne. Né à Ashkelon en 73, il avait été placé sur le trône par les occupants romains.
Hérode était un roi juif, issu d'une famille d'Iduméens convertie trois générations plus tôt et son épouse, Mariamne, était une descendante de la dynastie juive des Asmonéens (hashmonaïm). Ayant été nommé par les Romains, il a toujours été considéré comme un étranger par la population juive.
D'ailleurs, d'après des sources historiques, un peu avant sa mort, des jeunes Juifs auraient profité de son agonie pour décrocher l'aigle romain qu'il avait fait installer sur la façade du Temple, à l'encontre de la tradition juive. Il est connu également pour ses exécutions sommaires. En outre, sous son règne, le Sanhédrin a perdu le rôle primordial qu'il jouait auparavant et l'autorité suprême qu'il détenait pour devenir un simple tribunal religieux.
 Mais le roi Hérode, surnommé également le roi bâtisseur, est connu en outre pour les magnifiques édifices et les places fortifiées bâtis sous son règne. Sa plus belle réalisation est sans aucun doute la rénovation du Temple auquel il a rendu sa splendeur, l'agrandissant notamment par des murs de soutien gigantesques.
Hérode a en outre élevé des nouvelles cités comme par exemple celle d'Antipatris, près des sources du Yarkon, du nom de son père, ainsi que le théâtre et l'amphithéâtre de Jérusalem. Parmi les forteresses qu'il a construites, on compte celle de Massada, au bord de la Mer Morte, qui comportait un magnifique complexe constitué de plusieurs palais. Il a en outre restauré celle d'Antonia, à l'extrême Nord-ouest du Mont du Temple, ainsi que les murailles de Jérusalem.
L'historien Flavius Josèphe a rappelé dans ses mémoires que Hérode avait fait construire le Hérodion à l'emplacement d'une bataille qu'il avait remportée contre les Asmonéens. Il y avait réservé un terrain pour une sépulture royale où il comptait être enterré. Flavius Josèphe a relaté dans une de ses œuvres les obsèques du roi Hérode. Et c'est donc ce tombeau que les archéologues viennent de découvrir après des dizaines d'années de recherches.
 
* (2)Note de Wikipedia :
On trouve une utilisation pratique de l'écriture spéculaire de nos jours sur certaines voitures de secours, notamment, où le mot "AMBULANCE" apparaît en très larges caractères et en écriture spéculaire, afin de pouvoir être déchiffré rapidement par les automobilistes .......dans leurs rétroviseurs ! .
Vous avez du vous en apercevoir dans les films américains !

*(3) Sur James Fergusson (1808-1896):
http://www.answers.com/topic/james-fergusson

*(4) La Lampe au Carbure,un superbe  lien d'un collectionneur :
http://www.acethylene.com/

*(5) Et si vous voulez revenir à  votre jeunesse (chimique) studieuse :
http://sciencesphy.free.fr/lycee/Seconde/Lampeacetylene.htm

Ainsi gràce à l'inspiration de Léonardo da Vinci, nous avons voyagé en Italie , en Algérie, et en Israel, à la recherche de Mausolées ayant en commun une architecture typique mais gardant chacun leurs mystères ..

Je remercie les auteurs des liens (tous cités ), où j'ai puisé  textes et photos .


Partager cet article

Repost 0

commentaires

jacqueline 15/04/2008 23:09

Je découvre très tard votre article si riche et qui mérite une lecture attentive. J'ai lu un livre très intèressant sur le mystique et les architectures de  Louis Hautecoeur..pardon si il est parmi votre bibliographie... mais ceet ouvrage m'a ravie...autant que votre érudition...

Gaby:0059::0010: 15/04/2008 12:04

je vous réponds ici , Georges, à cause de problèmes avec outlook. Je ne sais pas si les initiales du fer correspondent à ce que vous avez trouvé, ma GM est née dans les Hautes Alpes(1875-Aspres les Corps) et c'est sûrement en Algérie où elle est venue jeune fille, qu'elle a acheté ce fer qui, probablement, venait comme bcp d'autres produits, de France.Le mystère demeure ....

rené 06/04/2008 08:06

Eh bien!ce soir je me coucherai moins bête! quel travail de recherche!Bon week end

Gaby:0059::0010: 05/04/2008 17:24

et ben voilà ça marche alors les devoirs c'est 10/10bon WE

Présentation

  • : des souvenirs dans un mouchoir
  • des souvenirs dans un mouchoir
  • : souvenirs d'enfance et d'adolescence
  • Contact

Recherche