Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 avril 2008 1 28 /04 /avril /2008 19:41
    



                                                   ( Cliché de la Collection privée  Jacques Varlot } .

C'est l'histoire d'un petit pavé et de sa famille.Depuis des années ils se faisaient rouler (il n'y avait pas que des gens honnetes à Alger) sous les pneus de camions fumants et ils étaient assourdis par le bruit des tramways qui grinçaient sur les rails. Bien sur, tot le matin,l'éboueur venait avec sa grande lance nettoyer les taches d'huiles et chasser les poussières accumulées toute la journée,celles des sacs de farine ou de ciment des  camions à remorques,et poussait sur le coté dans la bouche d'égout des épluchures ou des journaux froissés et meme des avions en papier quadrillé lancés la veille par les enfants. Alors,brillants et propres ils pouvaient attendre le défilé des spahis caracolant sur leurs montures nerveuses qui les faisaient sonner avec leurs sabots ferrés.Les chenilles des tanks les marquaient de stries blanches dont ils se souvenaient longtemps,mais nos petits pavés étaient patriotiques et ne savaient pas se plaindre.Des fois,de laborieux ouvriers de la voierie venaient renouveler leur lit de sable et les aligner de nouveau tout en sifflotant pour leur donner une nouvelle jeunesse.
Quelquefois,passait une charette revenant du marché,et fatalement laissait derrière elle un crottin fumant sur les pierres bombées.Mais nos petits pavés n'en étaient pas humiliés,car c'était une chose naturelle,et en plus des volées de petits moineaux venaient ensuite agréablement sautiller sur leur dos. Ils avaient meme à supporter les plaisanteries de jeunes lycéens qui découvraient des formules peu respectueuses comme celle des deux AB sur deux PI (R) au carré. Mais il fallait bien que jeunesse se passe !!.....
Hélas,leur vie  citadine fut troublée un jour  de Janvier,lorsque un peuple en colère décida de monter une barricade:En quelques heures réquisitionnés et mobilisés
ils furent empilés d'office les uns sur les autres,  et on leur planta meme un drapeau sur le monticule.
Alors,ce fut à l'image du pavé dans la mare,et  tomba la décision dans les hautes sphères,là bas,vous savez ,tout en haut des escaliers , que pour rétablir l'ordre public,il fallait au plus vite  les arracher tous de leur terre,et les envoyer,on ne savaient où et comment peu importe,loin, très loin de leurs chers quartiers.....
Certains se retrouvèrent avec les pavés du Nord,ceux que le cycliste et l'automobiliste maudissent en roulant dessus,d'autres furent abandonnés sur le bas-coté d'une route de canton,trop usés.
Les plus chanceux servirent à construire un  Monument,un peu en en hauteur pour échapper aux crachats, mais près de la mer en souvenir de tous ceux enterrés de l'autre coté de la Méditerranée.....
Et puis avec le temps un revetement de bitume vint les recouvrir d'un drap noir et épais . Et de nos chers petits pavés d'Algérie, ne reste aujourd'hui  que le souvenir de leurs bonnes intentions .

Partager cet article

Repost 0

commentaires

René 29/04/2008 08:59

Quelle plume!!! super! bonne journée mon ami!

Présentation

  • : des souvenirs dans un mouchoir
  • des souvenirs dans un mouchoir
  • : souvenirs d'enfance et d'adolescence
  • Contact

Recherche