Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 décembre 2008 2 02 /12 /décembre /2008 08:30

 Serge Choubine. Le Port d'Alger (1929).


Quand la Nuit tiède descend sur Alger,
Alors la terre et le ciel s'illuminent par palier,
De lueurs fragiles dans la voûte bleutée
Et des lumières tremblantes des foyers .

Le phare de l'Amirauté jette par saccade son rayon doré
Qui traverse les fenêtres voilées  dans un silence feutré,
Caressant les enfants qui sourient à un rêve enchanté
Tandis que leurs parents s'enlacent, pour une nuit d'été .

Un remorqueur siffle au loin sa présence près des quais,
Et ses lumières vertes glissent sur l'eau noire mazoutée.
Sur la pente du Hamma, à la lumière jaune de la voie ferrée
Des cheminots audacieux  freinent  les wagons libérés
Qui ralentissent et se heurtent dans des crissements d'acier ,
  
Les hommes bottés déroulent un long serpent caoutchouté
Et le jet d'eau de la voirie se brise sur les trottoirs jonchés .
Les cageots se plaignent au choc des roues sur les pavés,
Et les sabots ferrés sonnent très tôt l'heure de la marée .

Mais n'importune personne, cette musique de chaque nuitée,
Qui  à l'instant  même nous aurait réveillé,
Si elle avait une seule funeste fois par malheur cessé,
Tant au fil des années heureuses elle nous avait bercé .

Maintenant qu'Alger n'est plus qu'un souvenir embrumé,
Je ne peux m'endormir dans l'ombre d'un silence étranger,
Alors je m'envole en Automne, avec les triangles ailés
Des Cigognes frissonnantes par dessus la Mer Egée,
Retrouver enfin la sérénité, avec les bruits du Passé .



La route des Cigognes :
http://rivieres.pourpres.free.fr/carte_cig/carte_flash.htm

Partager cet article

Repost 0

commentaires

sonja 27/08/2009 10:57

BonjourJe ceuille à chacune de vos visites un plaisir qui s'appelle "Algérie". Dès que vous vous posez pour un instant sur les pages de mon blog, c'est toujours ces parfums venus des côtes algériennes qui viennent à ma rencontre. Je n'ai pas encore eu le temps de voyager sur vos pages, mais dès que je le pourrais je viendrais fouiner en profondeur. Ca il faut beaucoup de temps pour s'installer chez vous. C'est toute une vie qui y est joliment posée. Même les mauvais moments sont à lire car ils me rappellent un autre homme qui a eu beaucoup de tendresse pour ce pays. Mon père !En attendant je ne fais qu'effleurer.Je vous lis en poésie. Et je me demande si un jour vous avez édité votre plume. Je n'ai pas parcouru en entier votre blog, aussi je ne sais pas si cela a été. Mais une chose est sure c'est que votre écriture est magnifique. Vers ou proses vous avez la plume agréable. En plus ici, on fait un retour délicat et léger sur une ville que j'ai habité durant quelques années. J'y ai aussi fait mes études, et travaillé dans une banque, pas loin du port.Mais vos souvenirs ne sont pas toujours de tout repos. La vie n'a pas été tendre avec vous. Comme pour beaucoup d'autres.Je vous souhaite une excellente journée et vous remercie pour vos visites sympathiques et ponctuelles.A un autre jour de vous lireSoniaPS : Je n'ai pas vu de newletters sur votre blog. Ce qui est dommage car cela me permettrait d'être avertie aussitôt de vos nouveaux articles.

Monique 10/12/2008 21:59

Le texte et le tableau conversent ensemble; le tableau devient sonore, le texte l'écoute et l'admire dans ses moindres détails. Il dit aussi à travers mots, entre lignes, votre passion douloureuse pour Alger, votre poignante nostalgie.

Levy Georges 09/12/2008 17:21

Jacqueline, oui je suis le responsable de ces lignes!J'aurai préfèré etre l'auteur du tableau ! Cette huile de Serge Choubine est superbe,et je l'admire souvent (quoique virtuellement hélas) !!

Jacqueline 09/12/2008 16:32

J'ignorais tout de ce peintre...Ce poème est de vous? je n'ai pas très bien compris..."le souvenir embrumé" pourrait etre une de vos expressions!Merci cher Ami:0059:

vespcondove 07/12/2008 11:32

tres beau dessin 

Présentation

  • : des souvenirs dans un mouchoir
  • des souvenirs dans un mouchoir
  • : souvenirs d'enfance et d'adolescence
  • Contact

Recherche