Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 janvier 2009 4 01 /01 /janvier /2009 00:00

Damage to a Beersheba...

Un objectif typique des terroristes : une école à Beer-Shéva Capitale israélienne  du Néguev

Je vis dans ce que les habitants du Nord et du Sud d'Israel nomment par sarcasme
 " La Bulle" . Parce que ma ville étant située au centre du pays,elle est épargnée par les tirs de fusées tirées de la bande Gaza qui ne dépassent pas un rayon d'action de 45 Km . Mais dans ce périmètre elles assiègent et terrorisent un million et demi d'israéliens, dont beaucoup parmi eux depuis huit années de malheurs .


Certes je suis le coeur battant la chamade leur tragédie quotidienne aux informations et même eu des nuits agitées par des cauchemars ,résurgence des attaques aux fusées Scud tirées par Sadam Hussein en 1991.
( Oui ce Sadam qui a été pendu haut et court comme doit et être le destin des Dictateurs de Téhéran et ceux de Gaza ).
Pourtant chaque semaine, bon an mal an, je vais travailler dans le Sud à mon ancienne entreprise, histoire de ne pas me laisser ankyloser par l'âge et d'avoir sans prétention aucune le sentiment de ne pas être inutile en aidant mon petit pays .
Il y a quelques jours encore le voyage en autobus, transport du personnel, se faisait avec des passagers à moitié endormis que n'intéressait plus le paysage de l'autoroute  connu depuis des années . Moi pourtant j'aime à y voir les nouvelles infrastructures qui sortent de terre, les nouveaux ponts et échangeurs routiers, mais aussi les habitations qui font une ligne presque ininterrompue  sur le littoral et qui effacent les dunes de sables millénaires . (Pour le malheur des gazelles,des lapins,
des perdrix  et des tortues chassés par les tracteurs). Mais les Mimosas coriaces et frustres décorent encore les bas-cotés et peignent en jaune le paysage le printemps revenu .
Ce matin très frais mais encore ensoleillé de fin Décembre je suis monté dans un autobus presque vide de ses habitués . A ma stupéfaction j'appris que seul le
personnel indispensable avait été convoqué par téléphone,les autres pouvant rester au lit et prendre un jour de congé cette veille de la Nouvelle Année civile .!!
Les Journaux d'Israel publient chaque jour une carte colorée de la région Sud :les localités israéliennes situées près de la Bande de Gaza sont de couleurs allant du foncé au clair suivant le degré du danger dans un rayon de 45 Km,celui de la portée maximum des fusées modernes de l'ennemi . Ce matin , à chaque tour de roue je dois avouer que mon anxiété augmentait et les passagers plaisantaient entre eux pour faire baisser la tension, expliquant "que c'était un truc de la Direction pour se débarrasser des plus anciens qui-coûtent-trop-chers-à-l'usine "...
En arrivant à destination, nous sommes passés devant un arrêt d'autobus où une femme la veille au soir avait été assassinée .A l'écoute de la sirène d'alerte montante et descendante,elle avait rangé sa voiture sur le coté comme le recommandait la Défense Passive et sortit pour chercher un refuge dans un arrêt d'autobus mais la fusée la surprit et une mère de plus fut la victime de cette pluie mortelle . La mairie avait déjà réparé le terminus et effacé les traces du crime,car c'est un endroit très fréquenté . La journée se passa à nos occupations respectives,toutes les radios ouvertes, en écoutant les nouvelles des reporters qui se retenaient bien de dévoiler l'endroit exact des points de chutes des Katiouchas pour ne pas aider le Hamas à corriger ses tirs .Les téléphones portables ne cessaient de sonner,chacun voulant se rassurer en parlant avec sa famille ou amis disséminés dans le bas pays .A l'heure du déjeuner,la cantine fermée pour éviter les rassemblements inutiles,distribua un en-cas froid tout prêt que chacun emporta sans traîner dans la cour . Cette longue  cour où nous aimons en temps de paix dégourdir nos jambes à midi était déserte . J'avoue que pour la première fois de ma carrière, je l'ai traversée tout en cherchant  mine de rien  à droite et à gauche l'abri le plus proche en cas d'alerte ! . En fin de journée je regagnais avec soulagement ma "Bulle", mais avec honte de laisser dernière moi des populations traumatisées .C'est à dire des familles dont les enfants les plus grands remouillent leurs lits,ne veulent même pas aller seuls à la salle de bains, abandonnent leurs études,dorment dans le lit de leurs parents et  vivent de pilules pour calmer leurs tremblements incontrolables que chaque alerte enfonce plus profondément dans la détresse physique et morale . Certains très jeunes, deviennent des retardés mentaux en n'étant pas capable à l'âge de  trois ans de prononcer une phrase .Pour beaucoup, ce sera une rééducation lente quand la Paix reviendra . Les cicatrices ,elles, sont irréversibles .
Alors cette nuit, blanche  à écouter les informations, je déçidais pour vaincre ma propre angoisse, de retourner le matin au travail . Pour retrouver mon aplomb, je me mis à exécuter une gymnastique respiratoire en attendant l'arrivée matinale de l'autobus . Je respirais et soufflais profondément l'air pur et froid du matin encore
pàle et me raisonnais ainsi pour chasser les mauvaises pensées . Rien de tel pour surmonter la frayeur que de faire face en connaissance de cause au danger . L'autobus aussi vide que la veille, voyagea rapidement sans les encombrements habituels . Et à chaque kilometre je voyais défiler les noms des lieux que nous croisions , dont j'imaginais la couleur de plus en plus foncée  sur la carte ! Lorsque le transport s'arrêtât, nous en descendîmes les marches pour découvrir là, tout proche de l'entrée une cavité creusée par une fusée  qui avait explosé la veille au soir (après notre départ !!) et brisé les vitres et creusé des trous de la taille de ses billes d'aciers dans les murs et les autos en stationnement ..."Boker Tov" Israel, "Bonjour" Israel !!
  Ils sont centaines ces miracles car, le personnel s'attardant au travail avait obéi aux consignes étant à l'intérieur, et fut épargné par les éclats de vitres et les billes meurtrières .
Une belle réception en cette veille de fin d'année civile !
Dans la salle où je travaillais,ouvriers et ouvrières étaient une poignée . Étrange impression d'une ruche déserte .
Aux murs ,les consignes à observer en cas d'alerte, et le chemin pour aller à l'abri .
Je me suis plongé dans mon travail .
A la radio  du matin,s'égrenaient les noms des localités touchées par les alertes aux fusées .Suivant que vous êtes proches de Gaza ou éloignés,vous avez 10 ou 40 secondes pour les plus favorisés pour courir vers un refuge ou vous aplatir sur le sol, les mains sur la tète .Car comme les projectiles à l'impact fusent vers le haut et au ras de terre, le corps allongé offre moins de surface aux billes d'acier et aux éclats. Les enfants juifs sont particulièrement rompus à ces exercices de souplesse à l'école . D'autres,personnes sont paralysées et restent figées quand hurle la sirène d'alerte .
Il était onze heure quand notre transistor et la sirène de l'usine nous fit sursauter .A notre tour maintenant !!
En un clin d'oeil, les femmes en criant et les autres employés se levèrent et coururent à l'abri . Le plus terrible c'est cette saloperie de sirène qui pénetre dans les os et fait monter l'adrénaline pendant des minutes entières .
Décidé de rester à ma place,bien  assis sur ma chaise, automatiquement pour me maitriser je me mis à compter les secondes,une,deux,trois, quatre,cinq jusqu'à entendre le fort bruit  de deux explosions qui me délivrèrent  de ce péril . Je souris de ma bonne contenance au feu .J'en sortis plus fort et déterminé .
Les impacts étaient assez groupés . La radio ne parla que  de "dégats matériels ,sans perte humaine" et  que de quelques traumatisés .Un langage tout militaire pour désigner des personnes devenues cardiaques et fragilisées pour le restant de leur vie .
En rentrant chez moi, je ne dis absolument rien de ces journées où la mort descend du ciel .
La fusée qui est au nombre de milliers dans les caches du Hamasland, et qui avait fait tant de dégâts au Nord du pays en 2006 ( Guerre des Fous de Dieu contre Israel) est une invention soviétique ancienne de la deuxième guerre mondiale et perfectionnée aux cours des années . Fabriquées en Iran,en Syrie et aussi en Chine communiste,
elle sont parvenues du Sinai grace aux  nombreux tunnels creusés par nos voisins à Gaza dans les mains de cette armée pour semer la terreur chez les civils israéliens .
Pourtant le lendemain, qui ne chantait pas, Israel laissait entrer à Gaza un autre convoi de cent camions de ravitaillement et de médicaments pour la population arabe .Israel fournit aussi carburant et l'électricité et meme l'argent liquide pour les banques des gazaouites . Une situation toute digne du père Ubu . En échange...les médecins de Gaza envoyèrent en Israel des blessés très graves, pour qu'ils soient hospitalisés dans les meilleurs hopitaux d'Israel . L'Egypte, elle maintient sa frontière avec Gaza étanchement fermée,pour éviter la contamination de la Charia dans son immense pays  .
Le nom de cet engin en russe que les terroristes cachent dans leurs mosquées et écoles a pour nom  " Grad" .
Donc depuis ces derniers  jours, je peux dire que je suis un vrai..... Gradué !!
.
Demain j'aurai pu ainsi  demander, grace à ce diplome  une augmentation de salaire à mon chef, si je n'étais déjà pas..pensionnaire .

* "Grad" : traduction du russe : "pluie d'orage" .|

Nota Bene : Surtout ne faites pas d'éventuels commentaires sur ma personne . Ce court récit ayant l'unique but
de vous décrire quelques heures qui sont pour des centaines de milliers de mes concitoyens de longues années
de terreur  .

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Yvette 03/01/2009 21:24

Bien triste tout ça, il faut avoir le moral bien accroché. Je pense que tout ça doit être difficile à vivre. Je pense à vous, mes amitiés    Yvette

Monique 02/01/2009 19:25

"pensionnaire", dites plutôt retraité. Quant à "gradué", c'est un anglicisme " thr Graduate" c'est le lauréat, et chez les Anglais on ne lésine pas sur la cérémonie ni les déguisements ad hoc, bonnet carré à pompon et toge, enfin, robe noire. Quant à votre récit, plein de vie, je ne le commenterai pas ici mais il m'a intéressée. Merci ,Georges. A bientôt. Amicales pensées.

Présentation

  • : des souvenirs dans un mouchoir
  • des souvenirs dans un mouchoir
  • : souvenirs d'enfance et d'adolescence
  • Contact

Recherche