Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 novembre 2006 3 01 /11 /novembre /2006 13:15






                                                         La Toussaint.




Ce matin, lorsque vous serez levés,
 Et que vous pousserez vos volets,
 Vous verrez, dans la rue mouillée,
Des femmes enchapeautées,
 Et de noir voilées,
 Des passants sombrement vêtus,
 Dans le calme de la ville enfin revenu.
 Ils serrent dans leurs bras un missel,
 Ou simplement, de jolies fleurs des champs,
Car c'est un devoir universel,
Que de célébrer le souvenir de ses parents.
 Dans le calme de ce jour férié,
Ils vont tous au cimetière,
 Bien désherbé, et de couronnes orné.
 Et je pense en moi-même, dans ma douleur altière,
 Que ces gens à l'air triste, sont bien heureux,
 De pouvoir prier, sur la tombe de leurs Aïeux.
Ce jour de deuil, qui unit les Français,
 Ravive en moi, les heures sombres du passé:
 Je n'ai pas de tombe, ou pouvoir m'incliner,
Et lire, à demi-effacés, les noms de mes bien-aimés.
 Et après tant d'années, je m'efforce de revoir, le soir,
 Le chemin des tombeaux, qui s'efface de ma mémoire.
 Et je n'ose penser, si ce cimetière a été profané,
 Ou s'il en reste encore des débris, éparpillés.
Ce Premier Novembre, cet implacable anathème,
 Je ne sais pas même, ou poser ma chrysanthème,
 Alors, je la donnerai à une pauvresse,
 En souvenir de ces morts, qui n'ont plus d'adresse.



Georges L.

     

         1/11/1954

Partager cet article

Repost 0
Published by georges - dans poésies
commenter cet article

commentaires

Mamago 26/09/2009 23:22



Je suis très touchée par ce poème...



Présentation

  • : des souvenirs dans un mouchoir
  • des souvenirs dans un mouchoir
  • : souvenirs d'enfance et d'adolescence
  • Contact

Recherche