Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 novembre 2007 5 16 /11 /novembre /2007 07:35

Georges Lévy


Un grand merci a Jacqueline Simon qui de passage à Alger,l'été 2007,a pris le cliché ci-dessous,se souvenant d'un de mes messages.
Cet escalier relie le Boulevard Victor-Hugo à la Rue Edmon-Adamd qui débouchait au bas de la rue Hoche,au pied du Lycée.De la rue Sadi-Carnot,c'était le chemin le plus court pour arriver à Gautier.
En haut des escaliers,je rencontrais mon camarade de classe Jean Boizis,éléve brillant  qui me permettait de copier en hate sur la rambarde sa traduction de version latine.Après nous jouions à nous tirer dans les jambes avec le célèbre pistolet "Pneumatir".De conception simple et géniale,comme dans les Westerns pouvait tirer mille coups sans faille.Bati selon  le principe du ...sphincter
que nous avions étudié en Sciences-Naturelles,le plomb sphérique se présentait devant une membrane en caoutchouc,qui ne laissait passer la grenaille que sous la forte pression d'une poire placée dans la crosse et actionnée par les doigts.Le plomb libéré et violement propulsé piquait les bras et les jambes.Une fois je pris du plomb,non dans l'aile,mais dans l'oeil ! De toutes façons,le voisinage excédé par la musique du mitraillage dans leurs carreaux nous chassèrent de notre territoire d'indiens.
Jean hélas,est décédé bien jeune,après avoir terminer ses études de Chirurigie Dentaire.Son père,dentiste en renom,avait son cabinet rue Sadi-Carnot.Dans le petit hall d'entrée,je me souviens de deux tableaux à l'huile représentant très fidèlement son père et sa mère,oeuvres de Jacques Burel,sans doute en remerciement de soins.
C'est Nicole,la soeur de Jean qui,il y a quelques années m'avait annonce la triste fin de son frère.



Avec les années la mode est revenue aux robes longues....



Cette gouache,celle du Marchand de Beignets de la Rue Meissonier,pèse son poids de couches de peinture épaisses, ajoutées à chaque modification à tel point que le Scanner avec peine s'est refermé ! C'est en revenant des Groupes Laiques (le G.L.E.A.),que mon frère m'offrait des beignets sucrés brulants juste sortis du four.Mais il y avait aussi des piles de Makrouds aux dattes et de Zlabias au miel non moins tentants.J'étais plus chanceux que ces rapins obligés de céder leurs oeuvres pour une bouchée de pain....
Mais voici pour corriger cette oeuvre d'enfance un superbe 
"Marchand de Beignets",peint par Léo Nardus,qui a visité l'Algérie.
C'était un peintre Hollandais (et un mécène de Joueurs d'Echecs !)



Revenons en classe.Le sujet:la corbeille à papier !
Ce n'est si simple,car l'osier jaune doit s'imprégner des couleurs
environnantes comme nous l'expliquait Burel.



Le Maitre a corrigé le naperon rouge qui porte sa griffe !



Burel a posé une heure durant.Veste verte,oui,mais où suis-je allé
chercher  cette couleur bleue du pantalon ? Et les chaussures...oranges ?
Notre Prof chaussait presque toujours des..."Pataugas".
(Vous en souvenez-vous,elles furent interdites à la vente car elles
étaient très prisées dans les Djebels !



Devoir de maison:imaginer une Enseigne.Alors j'avais dessiné celle
d'une auberge:"A l'Ecureuil".Cette bete ressemlait plus à un chat
en colère.Alors Burel en passant dans les rangs ne put s'empecher
de saisir mon pinceau,et en quelques coups magistraux dans un coin
du papier dessina ce vif écureuil,croquant une noisette.J'ai agrandi
cette esquisse,et maintenant je possède une Oeuvre du Maitre...

Partager cet article

Repost 0
Published by georges - dans souvenirs
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : des souvenirs dans un mouchoir
  • des souvenirs dans un mouchoir
  • : souvenirs d'enfance et d'adolescence
  • Contact

Recherche