Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 janvier 2008 2 29 /01 /janvier /2008 08:27




      Après la Grande Poste et la Dépeche Quotidienne, les Galeries de France de la rue d'Isly firent l'orgueil des architectes des années 1930, et en fait étaient  en dehors de leur rôle  fonctionnel de véritables monuments architecturaux . Nous passions devant ces trésors de stuc, de boiseries  ajourées, de vitraux et de cuivres sans plus nous en étonner , habitués depuis toujours à ces beautés qui ornaient notre ville.

Ce n'est qu'après en avoir été privé pour le reste de ma vie que je compris quel fut mon bonheur et ma chance d'avoir fréquenté ce qui avaient été les bijoux d'Alger.

Voici une très belle vue des Galeries Algériennes, ex-Galeries de France, prise en 2006 par l'excellent photographe amateurJacques Varlot  à son passage à Alger .
Ces Galeries longtemps abandonnées à leur triste sort, après cinquante deux années d'errance se virent attribuées des fonds sans fond pour ses transformations.
Remarquez , cher lecteur et lectrice, ces deux cages d'ascenceurs et les balustrades de bois ciré et  travaillées dans le style algérien d'alors par les architectes francais du Centenaire .





Et voici ces Galeries , maintenant  transformées en Musée d'Art Moderne Algérien, ( ce qui est très louable en soi) ), si ce n'est que cette operation esthétique a signé un arrêt de maure en ce qui concerne les boiseries qui faisaient toute la beaute de cet intérieur monumental. En effet, tous les bois ont été enduits d'une sorte de blanc .....



Photo récente du Musée, extraite du Blog  http://ahmed-window.blogspot.com/

                                                     
                                                                 "La Mauresque voilée "

                                                                  ( Photo de Lehner )



                            Aquarelle tirée de : http://hconline.ifrance.com/orient/orient2b.htm

                                                               " Le Thé à la Menthe "
                                                                                    

GÉRARD :
"Et vous croyez qu'elle est belle?"
FREDERIC :
"Ravissante, dit-on!"
Du Livret de "Lakmé",Opéra de Leo Delibes  :
"Quand une femme est si jolie,
Elle a bien tort de se cacher".

                                                Un  Souvenir de la Rue d'Isly

J'ai décidé. Ce Jeudi après-midi de printemps, j'irai au rayon des jouets des Galeries de France. Sans un centime en poche, mais seulement pour y admirer un grand voilier en bois  vernis que je rêve de faire naviguer sur le grand bassin du Parc de Galland.
Je me sentais encore un enfant, malgrè un fin duvet qui commencait à orner ma lèvre supérieure. Comme d'habitude, je marche à pas rapides, je connais le trajet par coeur mais ces sacrées chaussettes hautes dont ma mère s'obstine à me munir, glissent tout le temps,
malgrès les élastiques qui me coupent les jambes: et comme un héron en équilibre sur une patte, je dois les remonter l'une après l'autre tous les cent pas. La rue d'Isly ombragée par les ficus taillés en brosse est bruyante et sur les trottoirs se melent les poussettes de mères précautionneuses, les flanneurs âgés, les acheteurs en quête de bonnes affaires.
Je voyais déjà se détacher au loin ce qui aurait pu sembler être un Musée ou une Mosquée, orsque vint à moi une apparition gracieuse, un visage fin aux yeux noirs soulignés de bleu pastel, un voile brodé d'or transparent cachant à peine des joues maquillées. Je dus me retourner  sur cette apparition fugitive, et ne vis que le dos d'une silhouette altière, chaussée de talons hauts et d'un bracelet d'argent à une cheville fine, qui laissa dans son sillon une mystérieuse odeur de musc. Je restais sur place, tout surpris par cette image comme sortie d'une page des Mille et Une Nuits, et une bouffée de chaleur empourpra mes joues .....
Je continuais ma promenade comme un automate, mais le rayon de jouets brusquement ne m'intérressait plus, occupé seulement à conserver vivante cette vision merveilleuse. C'était pour moi tout le mystère de l'Orient qui se révélait en un éclair dans cette  beauté orientale :et après tout, bien au fond de la rue d'Isly, la Casbah n'était pas si lointaine, mais je n'osais m'y aventurer dans ses secrets qu'en rêve..Après tant d'années, j'envie encore ces peintres de l'Ecole Abdel-Tiff qui ont peut-être eu cette jeune femme comme modèle de leur odalisque..     


Sur le nouveau Musée ,deux autres articles locaux :

http://www.dzira.com/actualites/article-6117.htm

http://www.algerie-dz.com/forums/showthread.php?t=64598

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

jacques Varlot 11/02/2008 20:02

Bien sur que ce ne sont plus les boiseries du magasin que nous avons connu.
Mais, peut on vivre toujours dans le passé?
Je trouve malgré tout cette réhabilitation assez réussie.
Merci Georges pour tes compliments.
jacques

Gaby:0059::0010: 30/01/2008 20:22

je n'aime pas ce vernis blanc qui enlève tout son charme au vieux magasin de mes souvenirs

jacqueline 30/01/2008 17:01

Quelle poésie mon cher ami que ces souvenirs...
bel article qui repropose la nouvelle architecture...heureusement que la forme des escaliers est restée pratiquement intacte...
Malheureusement je n'ai pas beaucoup de souvenirs. des Galeries..si ce n'est la proximité du dentiste...et surtout du cinéma..
Merci de vos passages si constructifs sur mon petit marenostrum
A bientot

Présentation

  • : des souvenirs dans un mouchoir
  • des souvenirs dans un mouchoir
  • : souvenirs d'enfance et d'adolescence
  • Contact

Recherche