Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juin 2011 1 20 /06 /juin /2011 00:00

 

Pour de trop courtes journées dans la Ville des Lumières, j'ai retrouvé Paris après une très longue absence. Le ciel était un peu nuageux, quelques gouttes de pluie étanchèrent ma soif en parcourant la Capitale à pieds, Paris est encore plus belle quand le ciel est gris. Paris ravalée, propre où quand même les nouveaux Barons de l'Habitat doivent faire retourner Haussmann dans sa tombe. J'ai fermé les yeux sur les tours d'acier et de verre pour admirer les cossus immeubles de pierre décorés de balustres et de superbes balcons en fer forgé. J'ai même poussé quelques fois d'énormes portes cochères entre-baillées pour découvrir des cours pavées comme dans l'ancien temps. Je n'ai pas retrouvé après tant d'années les acteurs et actrices de ma jeunesse partis sans laisser d'adresse, mais j'ai déambulé dans l'espoir enfantin de me retrouver face à face avec un visage connu. Parfois j'ai cru reconnaître un déhanchement, une élégante silhouette familière, et me suis retourné empourpré après avoir oublié un instant d'y ajouter presque un demi-siècle...

 

Sur le site de vente d'une célèbre Galerie, j'ai trouvé cette feuille bien  protégée par une enveloppe transparente, l'original de cette chanson-poème,  "Les Feuilles Mortes"  que nous murmurerons aussi longtemps que nous serons en vie .

Combien est émouvant de suivre des yeux ces vers écrits de la main du poète, et même ses ratures pour arriver à la perfection, et d'imaginer qu'avec lui nous comptons les syllabes qui en font une musique naturelle .

 

Musique de Joseph Kosma, Paroles de Jacques Prévert:


122

 

 

Oh! je voudrais tant que tu te souviennes             (10)
Des jours heureux* où nous étions amis              (10)

En ce temps-là, la vie était plus belle,                    (10)
Et le soleil plus brûlant qu'aujourd'hui                   (10)
Les feuilles mortes se ramassent à la pelle          (10)
Tu vois, je n'ai pas oublié...                                     (10)
Les feuilles mortes se ramassent à la pelle,         (10)
Les souvenirs et les regrets aussi                         (10)
Et le vent du nord les emporte                                 (8)
Dans la nuit froide de l'oubli.                                    (8)
Tu vois, je n'ai pas oublié                                         (8)
La chanson que tu me chantais....                          (8)

 

Dans le brouillon, il est écrit " De l'heureux temps"...mais le vers reste décasyllabe.

 

Juliette Gréco et Yves Montand ont gravé dans notre coeur avec un talent incomparable  cette chanson qui ne vieillira jamais .

 

http://www.youtube.com/watch?v=cOsVVeojMZs&feature=related

 

Mais moi, je ne me lasse pas d'écouter toutes ces diverses et étincelantes  interprétations dans :

 

http://songbook1.wordpress.com/pp/fx/0-new-features/1947-standards/autumn-leaves/

 

-------------------------------------------ooooooooooooo-------------------------------------

Partager cet article

Repost 0
Published by Georges Lévy - dans souvenirs
commenter cet article

commentaires

Dinet 16/09/2011 17:46



J'étais à Paris en juin. J'y retourne en décembre. Un bon imperméable s'impose.  Là-bas, on peut utiliser son parapluie: aucun mistral ne vient vous le voler. Il se peut que vous ayez à
fouler quelques arpents de neige. Seules les montagnes ne se rencontrent jamais...


Les Amours mortes ont eu le mérite d'être vivantes. Ce n'est déjà pas si mal.


Elles ont droit à une seconde vie, dans les paroles d'une très belle chanson. Merci, Prévert, qui les chante, et merci Kosma, qui les met en musique.


 



Georges L 18/09/2011 16:59



Paris a bien changé, si les pierres sont toujours belles et nettoyées de leur patine, s'y est installée une population qui vit de la générosité de la France mais qui en refuse le respect et les
devoirs élémentaires. Certains quartiers sont invivables la nuit tombée. Mais comme je vis dans le passe, en touriste j'ai ignoré le peu glorieux présent ! Je me permets de vous conseiller de
visiter (même des yeux) la Confiserie "Laduree", sur les Champs-Élysées !  Une folie de Douceurs...
http://www.laduree.fr/



René 28/06/2011 07:52



Paris,assurement,est une trés belle ville. Chaque fois que j'y suis allé,j'ai découvert quelque chose de nouveau... Et pour nous éxilés on se sent plus à l'aise qu'ailleurs sur le sol national .
Mais c'est peutêtre juste une impréssion.....


Dimanche nous étions de sortie à Salers,dans le cantal avec nos amis de France Israel. Trés belle sortie mais sous une chaleur torride(35°)



Georges L. 28/06/2011 16:32



Bonjour René,


C'est exact, j'ai eu la même impression que Paris étant cosmopolite, j'étais bien noyé dans la masse de touristes si nombreux en cette saison. Je craignais d'y trouver la forte chaleur comme cela
arrive ces jours-ci en France, mais j'ai eu la chance de goûter un air frais et vivifiant qui me change de l'été torride d'ici ! J'ai été surpris de voir des réclames de petites voitures a 5000
euros ! Moins du 1/3 du prix chez nous ! A cause des lourds impôts qui nous étranglent ! (On ne peut avoir à la fois et le beurre et les canons !).
Je te souhaite un été agréable .



Joëlle 23/06/2011 18:36



Bonjour Georges vous étiez donc dans ma ville natale... merci de pour vos lignes sensibles déposées chez moi et ce joli rappel
en musique, je partage votre émotion et j'aime la pluie encore plus à Paris ! Amitiés.



Georges L. 24/06/2011 14:47



J'ai joué au touriste dans cette foule parisienne bigarrée et sympathique.
Je suis même allé jusqu'aux pieds de la Tour Eiffel assaillie par les visiteurs, mais nous n'avons pas eu la patience d'attendre notre tour au guichet ! Je me souviens d'une montée précédente et
curieuse en ascenseur: au départ et jusqu'au premier étage cet appareil suit la courbe de la Tour pour se redresser ensuite !



Liliane 23/06/2011 17:27



Merci à vous, je reviendrai vous lire avec plaisir...



Liliane 23/06/2011 14:22



Que de nostalgie, que d'émotion... J'ai beaucoup aimé vous lire, merci. J'ai même eu l'impression de vous y accompagner. Bonne après-midi.



Georges L. 23/06/2011 17:08



Bonjour Liliane,

Vos aquarelles sont fraîches et plaisent des le premier abord. C'est une chance que de pouvoir ainsi maîtriser les couleurs.
Notre séjour a été aussi court et savoureux qu'un éclair au chocolat ! Je n'ai pas cherché l'impossible en essayant de tout revoir. Il faudrait une vie pour visiter Paris !. Nous avons logé dans
un petit hôtel aux portes de la Capitale.
J'ai aime ces petits pavillons en pierre meulière aux balcons fleuris que l'on trouve encore, loin des tours de métal et de verres. Près de la Seine, les librairies anciennes célèbres offrent
dans leurs vitrines des merveilles de reliures et d'estampes aux connaisseurs...fortunes !
Merci de m'avoir lu .
Georges L.



Présentation

  • : des souvenirs dans un mouchoir
  • des souvenirs dans un mouchoir
  • : souvenirs d'enfance et d'adolescence
  • Contact

Recherche