Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 février 2012 7 26 /02 /février /2012 11:50

 

J'aime souvent flâner dans  la longue rue Allenby qui à Tel-Aviv relie les vieux quartiers de la Ville Blanche à la mer. Je ne manque jamais de m'arrêter au 87, et de pénétrer par un étroit passage dans une célèbre librairie, j'aurai voulu plutôt dire, une échoppe de livres d'occasions, bien connue des amateurs. Le passant non averti, sans doute passera sans la voir. De toutes les façons il aurait  intérêt à se mettre au paravent à la diète, car il lui faudra se faufiler de profil entre les rayons pour partir à la découverte d'un bouquin qui le ferait sursauter de plaisir. Certes les livres sont théoriquement  rangés suivant leurs sujets, mais il y règne assez de pagaie pour ajouter du sel à la chasse de la bonne occasion dans cette exploration littéraire dans le temps. Cette dernière semaine j'ai remarqué un  livret, sur un des rayons des Beaux-Arts.

J'ai souvent eu l'occasion de vérifier dans mes recherches que plus les feuillets de l'oeuvre étaient minces et donc cachée entre les grosses reliures, plus la trouvaille était rare et authentique....La reliure ne fait pas le moine...

Ainsi je fis l'acquisition une fois d'un petit livre à la couverture un peu passée de toile bleue-ciel qui était un manuel de pilotage à l'usage des cadets, édité par la R.A.F pendant la seconde Guerre Mondiale. J'étais ému de tenir dans mes mains un ouvrage qui avait du servir au futurs Pilotes de Guerre sur Spitfire. Lors d'une autre visite j'avais déniché une brochure de fines pages de la Perfide Albion sur l'évolution et l'usage des Radars qui détectaient le long des cotes anglaises l'arrivée des bombardiers ennemis.

( Il y était aussi question de l'installation sur le littoral algérien de ces détecteurs des le débarquement des Alliés en 1942).

Lors d'une promenade dans la rue de "King George", un beau livre à bandes dessinées en couleurs, (sans doute pour mieux faire passer le "message" aux jeunes), s'intitulait "Les Cheminots". Les pages de cette chronique évoquaient la dure vie prolétaire de ces Gens du Rail, une épopée ouvrière indéniable où le courage et l'endurance étaient des vertus indispensables. En tournant les pages, j'arrivais vite à l'époque honteuse de 1940. En quelques images étaient évoquée la vie du Rail à cette époque. L'une montrait un Stuka en piqué mitraillant une locomotive, une autre la résistance  passive des cheminots ralentissant la circulation des trains, et une dernière image à la gloire de ces hommes  qui aidèrent à faire évader les pilotes tombés en France occupée, mais aussi les..."israélites" (sic !!). Ce qui me fit sortir de mes gonds, car les malheureux juifs, femmes vieillards, enfants déportés par les dizaines de convois de la S.N.C.F  étaient conduits par ces braves cheminots consciencieux et obéissants-aux-ordres-de-leurs-supérieurs vers les Chambres à Gaz, sans que pas un seul de ces trains n'ait été interrompu, dévié,  en traversant la France. Évidemment c'est ainsi qu'est enseigné l'Histoire aux petits Français, quand après la Guerre tous les citoyens étaient soudain devenus partisans, combattants de l'ombre, francs-tireurs, résistants, F.F.I..

Seuls quelques mots d'amour, froissés et jetés à travers les interstices des planches et happés par le vent  furent recueillis sur les remblais. La Direction de la S.N.C.F, après 65 ans, a décidé  à "plus de transparence" sur  cette période honteuse en reconnaissant sa responsabilité . C'est ainsi qu'est enseignée l'Histoire édulcorée aux petits Français.

 

Mais cette fois ce fut un cahier de Dessins d'Esther Laurie, où sont reproduits des croquis de ses souvenirs terribles passés au Camp de Femmes de Kolno . De ces sketches hâtivement tracés sur des bouts de papier fragile, et évidement en cachette de ses gardes-chiourmes, elle réussit à en conserver quelques uns sous ses haillons et ainsi nous fit parvenir ce témoignage silencieux de l'Enfer Nazi.

 

Esther Lurie

 

 

                                                     Le regard hagard du portrait d'une internée au Camp de Kolno

 

Esther Lurie-6

 

 

 

A ma grande satisfaction  de curieux j'ai trouvé en feuilletant ce livret, inséré dans les pages un article découpé et plié du grand quotidien 'Maariv'  daté du 23/8/1962.

Cette coupure de journal qui représente un croquis fait lors d'une des séances du procès d'Eichmann est signé à gauche à  l'encre bleue : Esther Laurie, Jérusalem, 23 IV 62 .

Esther Laurie qui survécut aux affres du Ghetto Kolno, ne fut pas appelée à témoigner  de vive-voix au procès. Mais elle se rendit à Jérusalem pour immortaliser par ses croquis ce procès où le tout jeune Etat d'Israel tenait à démonter  devant le  monde entier les rouages du nazisme de la voix même de celui qui organisa lors de la réunion de Wansee la "Solution Finale".

Eichmann est assis dans sa cage de verre, pour le protéger de la vengeance d'une de ses victimes rescapée de l'enfer.

( En fait, plus d'un témoin s'évanouit quand il leur fut demandé par le Procureur Général de répondre avec précision aux questions et de faire revivre le quotidien des Camps que supervisait Eichmann).

 

En face siègent les Juges dont le principal fut l'exemplaire Procureur Gidéon Hausner qui ouvrit les débats à Jérusalem le 11 Avril 1961 en déclarant face à l'accusé  cette phrase historique :

" Avec moi se tiennent devant vous six millions d'accusateurs". 

 

  Esther Lurie-3-2

 

Durant son procès entièrement enregistré, Eichmann  jouit des soins attentifs d'un Docteur israélien.

 

Eichman-1-1961.jpg

 

 

                                                                                    Verso du cliché

 

Eichman-2-1961.jpg

             Eichmann dans sa cellule avait de la lecture.

Remarquez au pied du lit ses pantoufles alignées comme pour une revue de chambrée.

Le photographe a cadré le meilleur de cette photo pour son tirage.

 

 

Eichman-en-Israel.jpg

 

 

 

                                                                                             Verso du cliché

 

Eichman-en-cellule-2-.jpg

 

Eichmann sous de fausses cartes d'identités dont celle ci-dessous délivrée par la Croix-Rouge (!) et avec l'aide d'Ecclésiastiques, échappa plusieurs fois  à la police . En fait, comme ce fut le cas de nombre de nazis de haut-rang, les Grandes Puissances ne s'intéressèrent guère à eux, à tel point que certains vécurent et moururent en paix au coeur même de l'Allemagne, décorés et pensionnés,. sans jamais avoir été inquiétés.

Israel se devait de le capturer et le juger pour montrer son visage et ses actions au grand jour 15 ans après la capitulation du nazisme. Dans l'espoir que jamais plus le monde ne reprendrait en choeur le refrain du "je ne savais pas".

Hélas, déjà le Négationnisme renaît de ses cendres, reprit en choeur un peu partout dans le monde , par une nouvelle vague de soi-disant historiens, comme les "Faurisson" associés dans le mensonge..

 

 

Eichmann_docs.jpg

 

 

Eichmann en Palestine (1).

 

"La révolte arabe de 1936-1939 avait déjà bénéficié de l'appui direct, financier et militaire, de l'Allemagne et de l'Italie. Les Archives du Haut Commandement de l'armée allemande saisies à Flensburg après la deuxième Guerre Mondiale avaient livré un rapport selon lequel "seuls les fonds mis à la disposition du Grand Mufti de Jérusalem par l'Allemagne lui avaient permis d'organiser la révolte de Palestine."

En septembre 1937, deux jeunes officiers SS, Karl Adolf Eichmann et Herbert Hagen, furent envoyés en Palestine, « afin de se familiariser avec le pays et son mode de vie, et d’établir des contacts avec les gens », dont le Mufti. Il y eut donc rencontre entre ces représentants du régime nazi et les représentants du Mufti. Leurs tractations constituaient, en fait, les préliminaires de la liquidation "à l'allemande" du Foyer National Juif en Palestine. La presse arabe de l'époque s'associait au "Martyre du peuple allemand sous le joug de la juiverie internationale". Des portraits d’Hitler, Mussolini et des drapeaux nazis, étaient fréquemment arborés par les populations arabes".

 

Je me permets de préciser, que le mois dernier, le Grand Muphti de Jérusalem, eut l'audace de déclarer devant ses fidèles, que "d'après le Livre Sacré qu'est le Coran, tous les Juifs devaient être égorgés ", lors de son prêche à la Cérémonie du Vendredi. Aucune voix d'opprobre ne s'est levée à l'ONU à cet appel au crime, pas un pays civilisé n'a condamné ce discours, le monde libre sait se boucher les oreilles et cacher sa tête dans le sable  quand il s'agit d'Israel.  

 

 

Photo de Carl Lutz.  Cet immeuble au balcon pavoisé du drapeau nazi, est situé dans un quartier  limitrophe de la vieille ville de Jaffa . Sur le coté du bâtiment on peut lire l'enseigne en allemand : " Bank der Tempelgesellschaft " Limited

" Banque de la Société du Temple". Fondée en 1925 à Jaffa, elle devint une des principales institutions de crédit du pays. Elle eut une filiale à Jérusalem et une autre à Haïfa.

Dans une éventuelle promenade, j'essaierai de situer exactement ce bâtiment. s'il n'a pas été rasé depuis pour faire place à un immeuble de béton et de verre...

 

La Commune des Templiers en Israel. (4)

 

Cette secte Protestante fondit une Colonie modèle agricole et bien mécanisée qui avait d'excellentes relations avec les habitants du futur Etat d'Israel. Hélas avec la montée du Nazisme, leurs dirigeants épousèrent de plus en plus les théories de la mère-patrie et ne cachèrent plus leur adoration pour le Dictateur. 

Wagner, leur chef , avait deux fils dans l'armée d'Hitler. L'un fut tué dans l'armée de Rommel contre les Anglais..

L'autre, un haut gradé, passa un jour dans un camp de concentration, réunit un groupe de déportés, les fit asperger de liquide inflammable,  mit le feu et hurla  à ces torches vivantes:  "voila ce que je veux faire de vos frères en Palestine"...
Chaque matin, la Communauté nazie de Sarona, chantait l'hymne hitlérien avec la levée au drapeau frappé de la Croix Gammée..Les jeunes portaient la culotte de cuir avec les bretelles et plus rien ne les différenciait de leurs cousins du Vaterland.
Le commandement juif de Palestine décida de l'assassinat de Wagner, dans une embuscade rue Levinsky à Tel-Aviv, car il était le meneur dangereux qui avait aidé l'Allemagne nazie par ses renseignements. Si les Allemands avaient réussi à  se saisir de l'Egypte, les juifs en Palestine auraient sans doute subi le sort de leurs frères et soeurs en Europe occupée.

(La menace fut si réelle, que les partisans juifs décident d'installer un camp retranché sur les hauteurs du Carmel de Haifa pour résister aux Allemands). Les Anglais, alors mandataires de la Palestine expulsèrent les membres de la Colonie qui alla s'installer en Australie. Aujourd'hui encore, le touriste peut voir quelques unes de ces habitations en pierre de taille au toit de tuiles rouges, qui ont été ravalées. Elles devinrent le Quartier Général de Ben-Gourion. Maintenant elles sont au milieu d'un jardin, voisines d'un complexe de bureaux gouvernementaux hérissés d'antennes.

Bien après l'Indépendance d'Israel, des descendants et même d'anciens habitants de la Colonie allemande vinrent visiter leurs anciennes demeures. Certains dans leur départ, avaient caché dans les murs épais des pièces d'or. Guidés par un architecte israélien, ils réussirent à en localiser l'endroit, et retrouvèrent la pleine possession de leur trésor !

 


Notes:

 (1) Eichmann en Palestine:

       http://www.islamisation.fr

(2)Carl Lutz :

       http://www1.yadvashem.org/exhibitions/from_our_photo_archive/data/camera.html

 

(3) Extrait du procès d'Eichmann:

      http://www.afmd.asso.fr/

     Extrait-des-seances-du-proces.html

(4) La Société des Templiers:

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Soci%C3%A9t%C3%A9_des_Templiers

 

Note extraite de Wikipedia, pour être juste envers ces hommes de la Résistance du Rail, comme Léon Bronchart :

 

Après la rafle du Vel' d'Hiv le 16-17 juillet 1942, les juifs arrêtés sont déportés par les autorités françaises dans des trains de la SNCF vers les camps de Drancy, Pithiviers et Beaune-la-Rolande.

Le 31 octobre 1942, un conducteur de locomotive, Léon Bronchart, a refusé de conduire un train de Juifs vers la déportation, c'est le seul cas connu[réf. nécessaire]. Des trains de déportés sont partis vers la frontière allemande jusqu'en 1944. Au total, environ 76 000 juifs et 86 000 déportés politiques ont été envoyés de France vers les camps de la mort[4].

800 employés de la SNCF ont été exécutés par les nazis pour avoir résisté aux ordres, presque 1 200 autres ont été déportés vers des camps de la mort pour sabotage ou autres actes de désobéissance, et 2 361 sont morts tués par balles, mines ou lors de bombardements[4].

 

Un grand article sur Esther Luria:

http://jwa.org/encyclopedia/article/art-during-holocaust

 

Je viens de lire sur mon écran en feuilletant un site de la Shoah:

"Reported Attack Page!
This web page at holocaust-education.net has been reported as an attack page and has been blocked based on your security preferences".

La Guerre n'est donc pas terminée, puisque nos ennemis s'acharnent sur nos morts. 

 

Eichmann a laissé un fils , Professeur d'archéologie orientale à Tubingen:

http://www.liberation.fr/portrait/0101146250-ricardo-eichmann-pour-la-premiere-fois-ce-professeur-de-tubingen-a-accepte-de-parler-ouvertement-de-son-pere-adolf-eichmann-dirigeant-nazi-et-maitre-d-oeuvre-de-la-shoah-trente-ans-pour-se-resoudre-a-

 

Conclusion:

Non je veux bien croire que l'Histoire ne soit pas un perpétuel recommencement, et que les menaces ouvertes et les souhaits de la destruction d'Israel aboyés par l'Iran et ses pays amis resteront des mots jetés à la poubelle de l'Histoire.

 

Quand nous étions enfants, nous nous disions pour nous rassurer toujours au moment critique d'un Western  quand les cartouches étaient épuisées et tout semblait  perdu devant les Peaux-Rouges, que :

    "JAMAIS DANS L'HISTOIRE DU CINÉMA LA CAVALERIE DES ETATS-UNIS N'EST ARRIVÉE EN RETARD !!" 

-----------------------------------------------------------Mais la vie n'est pas un film-----------------------------------------------------------------

Partager cet article

Repost 0
Published by Georges Lévy - dans souvenirs
commenter cet article

commentaires

margareth 03/03/2012 19:04


Dans le grenier chez mes parents il y avait des livres de témoignages sur la déportation, dont un en vers. Il me reste en souvenir un passage qui parlait de la langue rêche sur le dos d'un voisin
pour en recueillir la sueur tant la soif dans les wagons était intense. Il y avait aussi des recueils de croquis. Je ne sais pas ce que sont devenus tous ces livres. Chez moi je n'avais pas de
place pour les recueillir. L'un de mes frères a tout pris et je pense qu'il les a vendus.

Georges L. 07/03/2012 07:29



Bonjour Margareth,
Ce témoignage sur la souffrance endurée dans les wagons de déportés est épouvantable de vérité. Ces souvenirs d'il y a 70 ans  sont ravivés par les menaces proférées par nos voisins
orientaux qui se languissent de la politique hitlérienne. Certes, ils finiront tous au bout d'une corde, mais après combien de dégâts auront-ils causé?  Aujourd'hui c'est ici  la Fête
de Pourim*,  commémoration de l'action courageuse de la Reine Esther qui sauva son peuple de la destruction du temps du Roi de.... Perse Assuérus..Quelle actualité !
http://fr.wikipedia.org/wiki/Pourim


* Les enfants se déguisent, et un soleil merveilleux les accueille aujourd'hui .
Merci de m'avoir lu.


 



Quichottine 29/02/2012 12:08


Je vous lis, comme René je pourrais vous dire que j'admire ceux qui ont su apporter des témoignages que nul ne devrait pouvoir renier sans se couvrir de ridicule.


Mais voilà... je sais que cette négation existe, qu'il faut lutter encore, pour faire en sorte que notre monde soit un jour meilleur et paisible...


 


Je vous le souhaite, je nous le souhaite de tout coeur.


Merci pour votre témoignage d'aujourd'hui.


Que votre journée soit belle, Georges.

Georges L. 29/02/2012 17:28



Bonjour Quichottine,


C'est un fait que  je me reproche d'ailleurs, que je n'arrive pas à m'évader de ces souvenirs lus et entendus de la période brune. Évidement les voisins qui nous entourent ici dans l'espoir
de nous étrangler, ne m'aident pas à considérer le proche avenir avec optimisme. Cet après-midi, un gros orage de fin d'hiver a éclaté sur la ville. Le vent violent et changeant chaque fois de
direction tordaient les branches les plus grosses. Alors j'ai décidé de sortir et suis allé sans but précis, giflé par la pluie pour offrir mon visage à cette cette douche médicale bienfaisante

J'ai lu que l'hiver dernier fut particulièrement rude à Amsterdam, à tel point que les racines du Marronnier qu'Anne Frank admirait tant du haut de sa cache avaient  cédé sous les
tourbillons de la bourrasque. Je suis sur que les employés municipaux se sont empressés de le redresser et l'étayer pour le sauver. Il en aurait fallut si peu à Anne pour continuer à vivre sans
la dénonciation d'un citoyen zélé animé d'un vent mauvais.... J'espère que le Printemps chassera ces nuages noirs, quoique cette année les dits "Printemps" soient rouges de sang. 


Bonne soirée pres de la fenetre de votre bibliothèque...i


 


 



René 29/02/2012 07:56


j'ai toujours admiré ces gens ,souvent des femmes comme anne Frank ou Esther Laurie qui,aux portes de l'enfer, ont voulu laisser un témoignage écrit dans les pires conditions. Quand aux banquiers
allemands,cela me fait aussi penser aux instructeurs" anciens nazis" du FLN,dans les camps d'instructions basés en egypte et tunisie.

Georges L. 29/02/2012 17:47



Bonsoir René,


Est-ce à mon tour maintenant de chercher une cache pour moi et ma famille ?...En cas de tirs de missiles en provenance de nos voisins directs et indirects, il va falloir descendre à la cave, mais
de toutes les façons je n'aime pas être enterré vivant . En 1991, nous avions collé des bandes de papier adhésifs sur les vitres et ce fut un tel travail pour les nettoyer que cette fois je
recommencerai pas ...
Saddam a été puni, comme le seront les tyrans de Téhéran, de Damas  de Beyrouth et Gaza dans le cas où ils oseraient mettre leur plan à exécution. 


Bonne fin de semaine !



Présentation

  • : des souvenirs dans un mouchoir
  • des souvenirs dans un mouchoir
  • : souvenirs d'enfance et d'adolescence
  • Contact

Recherche