Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 novembre 2010 1 01 /11 /novembre /2010 13:00

 

J'ai retrouvé un message d'il y a quelques années de la regrettée Sylvette Leblanc, du temps que nous correspondions sur la toile et échangions des souvenirs communs d'Algérie. Atteinte d'une inexorable  maladie, elle avait eu à coeur de terminer un livre, qui avait comme prétexte le Jardin d'Essai d'Alger, mais qui en fait lui permettait d'écrire ses souvenirs(1). Elle puisa dans ses dernières forces pour en vérifier la première édition. Très active, elle participait outre à ses études de guitare, ses chorales et ses réunions littéraires, à un atelier de peinture et m'avait envoyé sa dernière oeuvre, "La Femme en Bleu" dont elle était assez satisfaite à juste titre .

 


Femma au chapeau 3

 

 

   Sylvette à l'Atelier

 

https://mail.google.com/mail/?ui=2&ik=ea0662ab77&view=att&th=128d5a7b501660a3&attid=0.2&disp=inline&zw

 

 

Je viens d'entendre une jolie histoire à la radio. C'était comme chaque Vendredi l'émission consacrée à la recherche de livres épuisés par des auditeurs d'un certain âge désirant retrouver des bouquins lus lors de leur lointaine jeunesse. Pour eux, ou pour les faire connaître à leurs petits-enfants .
L'émission est animée par deux compères. L'un reçoit les demandes par téléphone et une fois le titre plus ou moins précisé dans la langue préférée(2) de l'auditeur, et le sujet de l'oeuvre et même la couleur de la couverture (!), tous ces détails qui peuvent aider à l'identification, il promet de rechercher le livre dans son immense bibliothèque(3), et de l'envoyer gratuitement à l'interlocuteur.
Le deuxième comparse lui est féru de musique grecque et illustre l'émission, entre deux conversations, par des chansons superbes au son du Bouzouki du pays de Zorba. Mais avant de poser le disque, il traduit les paroles en hébreu. Et moi pour vous, je vais essayer de traduire le sujet d'une de ces  chansons :


"Il était une fois une jeune fille assise dans un autobus face à un vieillard. Il tenait dans ses mains un peu déformées un magnifique bouquet de fleurs qui tremblaient avec les secousses du trajet. Cette jeunesse ne cessait de fixer des yeux ces couleurs printanières qui tranchaient avec les cheveux blancs de l'ancien. Soudain, n'ayant pas été insensible à ce manège, il leva son regard sur cette apparence rayonnante et lui tendant son bouquet lui dit: Mademoiselle, je vois que vous aimez les fleurs, prenez-les, mais si, mais si, je le dirai à ma femme et je suis sur qu'elle m'approuvera pleinement. Il sonna pour demander l'arrêt et se dirigea précautionneusement vers la sortie. L'autobus se rangea contre le trottoir et s'arrêta doucement pour le laisser descendre.
Assise près de la fenêtre, et toute rouge et confuse, la jeune fille suivit du regard le vieux bonhomme qui alla pousser le portillon du cimetière communal...."

 

Une jolie histoire pour nous rappeler le temps où notre amie nous envoyait ses reportages  qu'elle ramenait à Épernay , après une escapade à Reims ou Paris avec une moisson de photos poétiques . Sylvette ne voyait que le beau coté des choses de la vie simple mais si riche et chez elle une promenade dans la forêt, ou le long de la rivière était un enchantement qu'elle savait nous faire partager. Bien des fois, elle fut pour nous internautes, un guide savant lors de ses visites dans les monuments ou expositions. Mais avant tout, elle était fière de son titre d'ancienne  élève de l'École Normale d'Instituteurs, située à La Bouzaréah, sur les hauteurs d'Alger. Une pépinière de la  civilisation française en Algérie.  Le glas de 1962 ne lui donna pas le temps d'exercer.


Notes :

(1) "J'ai descendu dans mon jardin". (en vente chez jerome.leblanc25@orange.fr)

(2) Les pionniers venus de tous les coins du globe, ont évidement gardé le souvenir de leur   langue       maternelle.

(3)  J'ai visité une fois sa bibliothèque: plutôt   un hangar tapissé ( et jonché !)  de livres .

 

-----------------------------------------------------oooooooooooooooooooooooooooo-----------------------------------------------------------

Partager cet article

Repost 0
Published by Georges Lévy. - dans souvenirs
commenter cet article

commentaires

Anne-Marie Lafon 16/11/2010 18:10



Quelle heureuse surprise ! Ce portrait est magnifique. Je savais que Sylvette faisait de la guitare, écrivait, faisait partie d'une chorale mais j'ignorais qu'elle peignait. Elle excellait aussi
dans les travaux d'aiguille et faisait de jolis patchworks. Je pense souvent à elle et son album de photos de son voyage à Alger m'émeut toujours.



Georges L. 17/11/2010 15:58



Bonjour Anne-Marie,


Botre amie commune fréquentait nombre d'Ateliers où elle pouvait épanouir tous ses talents. Elle était d'une activité prodigieuse que son mal ne parvint à ralentir que sur sa proche fin. Son
optimisme était communicatif et c'est elle qui nous rassurait pendant sa lutte inégale Elle nous a laissé un livre magnifique qui sur fonds du Jardin d'Essai  est je crois unique..Merci de
m'avoir lu.


Amitiés ensoleillées.



Miangaly 16/11/2010 16:47



Vous rendez un bel hommage à votre amie Sylvette, Georges, J'aimerais l'avoir connue !


C'est une émission bien intéressante, peut-être ce monsieur a-t-il les "cent et un contes" dans sa bibliothèque ?! 


Amitiés,


Catherine



margareth 11/11/2010 16:38



Cette dame pouvait être fière de ce portrait qui est à la fois beau et expressif. La chanson est quand même un peu triste.



Georges L. 12/11/2010 10:17



C'est la mode 1920, chapeau à plume et sautoir. Cette femme en bleu, je pense que c'est une copie de carte postale comme il se fait souvent dans le travail à l'atelier. Mais qui a demandé
beaucoup de travail, m'avait écrit Sylvette. Novembre est toujours triste avec l'annonce du Général Hiver. Chez nous le soleil toujours en vacance darde encore!



Joëlle 06/11/2010 13:08



Très réussie cette toile, votre amie devait avoir le goût des belles choses...
Au fil de vos mots, un témoignage qui m'a ému Georges.



Georges L. 06/11/2010 14:58



Sylvette a du bien s'appliquer, car elle ne laissait rien au hasard et n'a consenti à envoyer cette photo qu'après bien des retouches dans les bleus ! Sans cependant se prendre trop au sérieux :
sa modestie était une de ses grandes qualité. J'avoue ainsi avoir eu des hésitations avant de diffuser son tableau sur le blog.


Merci de m'avoir lu Joelle.


 



Nettoue 02/11/2010 14:05



Tu écris de forts jolis texte souvenir  Georges, et j'ai eu plaisir à les lire.


je reviendrai, c'est sur, bonne journée



Georges L. 04/11/2010 12:51



Merci de m'avoir lu Nettoue et de votre indulgence. Grace à Quichottine, j'ai découvert vos pages émouvantes et si poétiques.



Présentation

  • : des souvenirs dans un mouchoir
  • des souvenirs dans un mouchoir
  • : souvenirs d'enfance et d'adolescence
  • Contact

Recherche