Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 avril 2011 5 22 /04 /avril /2011 16:39

 

Lorsque l'enfant paraît, le cercle de famille
Applaudit à grands cris.
Son doux regard qui brille
Fait briller tous les yeux,
Et les plus tristes fronts, les plus souillés peut-être,
Se dérident soudain à voir l'enfant paraître,
Innocent et joyeux.

(Victor Hugo, Feuilles d'Automne-Mai 1830).


14.4.11 070

 

 

Aujourd'hui j'ai laissé de coté mes nostalgies et les fantômes du passé. J'ai calé mes souvenirs coupants sous un lourd presse-papiers. J'ai éteint la radio, plié le Journal aux larges manchettes car je viens de recevoir la photo de ma petite-fille âgée juste de neuf mois. C'est à dire exactement, neuf en obscurité et sécurité , et neuf mois à l'air libre sous l'aile protectrice maternelle. Neuf mois et un Printemps tout neuf. Zohorie est son prénom: il a pour source "Le Zohar", le "Livre de la Splendeur" de la religion hébraïque. Une oeuvre très savante et un peu compliquée, que je n'ai aucune chance de ne jamais comprendre. Je parle en français avec Zohorie et déjà, (mais oui!) elle tourne ses petites menottes quand je lui chante:


Ainsi font font font

Les petites marionnettes,

Ainsi font font font

Trois petits tours
Et puis s'en vont.
Les petites marionnettes
Elles reviendront
Quand les autres partiront !

 

J'avoue être retourné à l'école virtuelle pour réviser les comptines ... Quant à sa mère je l'ai surprise la tenant attentive sur ses genoux et lui faisant déjà la lecture avec un livre d'images. Il faut la voir , cette petite merveille, assise sur sa chaise haute à l'heure du déjeuner : elle n'a de cesse que de vouloir saisir l'assiette et plonger les doigts dans la purée de fruits riche en vitamines et d'amour maternel. La bavette ne protège pas tout et le gros chat est là, léchant les éclaboussures qui retombent à sa portée. Tout le monde en rit et elle est heureuse du plaisir que nous avons à observer ses gestes vifs encore peu précis. 
Cette semaine elle a découvert que ramper rapidement est très utile pour essayer d'agripper la queue du chat qui passe nonchalant à sa portée. Des fois elle attrape la toison à pleines mains comme s'il s'agissait d'un mouton, mais Monsieur le Chat lui permet tout du moment qu'elle ne touche (pas encore!) à ses croquettes !.

Soudain je deviens muet, je ne sais plus que dire, plongé dans mes réflexions, pensant tristement à mes parents qui n'ont pas eu la chance de la connaître.. Mais les enfants n'aiment pas les visages sérieux des grands et j'ai tôt fait de retourner l'égayer pour revoir briller ses deux petites dents ! Je lui lance une balle et elle me la rend, fière de son exploit ! J'en profite pour lui apprendre le mot "merci" et je suis sur que rapidement elle saisira ce mot précieux qui ouvre les coeurs.
Cette semaine, nous les descendants des Hébreux, célébrons la Fête de Pâque de l'année 5771. Cette lecture de la Haggadah est entre autre, le récit du "passage" (qui vient du mot hébreu "Pessah"), de la Mer Rouge en fuyant l'esclavage en Égypte. J'explique aux enfants que la traversée a du avoir lieu à la hauteur des Lacs Amers, à un endroit alors très peu profond et envahi par les roseaux. 

A cause du départ précipité, le peuple ne fit cuire que du pain sans levain et en souvenir nous mangeons à sa place et toute la semaine de la galette de farine et d'eau...pour les uns une vraie punition, pour d'autres comme moi, un délice de jeunesse quand je mouillais la galette beurrée dans la tasse de lait. 

Notre petite fille nous a accompagné de son babillage et passait de bras en bras, couverte de baisers.

Remontent alors les souvenirs des tablées de Pâque à Alger, lorsque nous les enfants chahutions un peu pendant la lecture patriarcale, quand nous reprenions  en choeur  à  chaque bénédiction les "Amen" et "Alléluia", sous le regard attendri de nos parents.


Je regarde ce visage innocent et bien que je ne sois pas pratiquant je prie pour que jamais elle n'ait  à entendre les sirènes d'alertes, et connaître les descentes précipitées à l'abri, les masques à gaz...où on étouffe et les explosions que nous avons connues ici il y a si peu de temps et que les villes au Sud de Tel-Aviv vivent ces jours-ci. Après tout, c'est moi qui en porte la responsabilité. J'aurai pu choisir de vivre en Suisse, changer de nom et de religion, et vivre égoïstement loin du bruit des canons, mais jamais cette lâcheté ne m'a effleuré  et je bâtis mon optimisme sur les ruines du passé quand les juifs étaient  sans défense et dispersés de Babylone à  Berlin et durent subir les persécutions des tyrans, mais désormais lèvent la tête avec fierté.

Comme chaque année, à la table du "Séder(1), une place reste vide en attente du retour du soldat  franco-israélien Gilad Shalit enlevé à la frontière d'Israel et qui depuis cinq ans gît dans une cache à Gaza sans aucune visite de la Croix-Rouge ou d'organisations "humanitaires" qui exercent  à sens unique et inique.

 

Éternel, notre Dieu, Roi de l'Univers, accorde paix et santé à tous les hommes de bonne volonté !


(1) "Seder" : L'office de Pâque.


Pour terminer sur une note humoristique mais qui en dit long sur la modernité de ce peuple vieux de 5771 années, voici la cérémonie de Pessah telle que des plaisantins  la présente  à l'heure des ordinateurs !


http://www.youtube.com/watch?v=_bgeX_8tBCY&feature=player_embedded

 

La sublime poésie de Victor-Hugo:

http://www.poesie-francaise.fr/victor-hugo/poeme-lorsque-l-enfant-parait.php

 

Le Livre de la Splendeur:

http://soued.chez.com/zohar.htm

 

--------------------------------------------ooooooooooooooo--------------------------------------------

Partager cet article

Repost 0
Published by Georges Lévy - dans souvenirs
commenter cet article

commentaires

Liliane 23/06/2011 14:38



Je suis attendrie en vous lisant... Vous êtes un merveilleux grand-père pour Zohorie... Elle a une grande chance de vous avoir. Merci de nous confier un peu de votre vie familiale... C'est une
magnifique petite fille !



Georges L. 23/06/2011 17:10



Bonjour Liliane,

Oui ma petite-fille est un vrai rayon de soleil pour nous dans la grisaille des informations locales. Et je me dis quelques fois : as-tu eu raison de t'embarquer dans cette galère, en entendant
les sirènes de l'exercice de la Défense Passive .Certes à l'époque en 1967 j'étais jeune, célibataire et sans responsabilité et ne me souciait pas du danger des guerres que nos voisins nous
imposent ! Mais comme dit le proverbe, "Quand le vin est tiré il faut le boire" .  Mais quand je croise cette jeunesse magnifique comme mes enfants qui sont persuadés d'un avenir heureux,
j'ai honte de mes suspicions et relève la tète, fiers d'eux.
Merci de m'avoir lu.
Georges L.



René 27/04/2011 19:24



Heueux papys que nous avons la chance d'être! Vraîment mignone ,ta petite fille.Nous étions partis deux jours et au retour ce soir,..6 appels manqués sur le téléphone !! C'était ma petite fille
Anaïs ,10 ans , qui voulait m'annoncer qu'elle venait d'avoir son 3ème galop d'équitation !T u vois,cher ami Georges ,à la vieillesse nous avons droit à quelques joies;



Georges L. 28/04/2011 17:50



Oui, l'arbre vieillit un peu trop vite  mais il a  porté des fruits. Espérons qu'un facheux coup de foudre ne le couche en terre ! Ces bambins sont notre vraie consolation . Eux sauront
mieux que nous éviter les écueils de la vie.


Bonne fin de semaine René !



Quichottine 22/04/2011 20:33



Elle a neuf mois, elle apprendra le français avec vous, et elle aura la chance de connaître son grand père, chance que je n'ai pas eue.


 


C'est important, je crois, pour pouvoir se sentir enraciné dans une famille, dans une culture.


 


J'aime la façon dont vous la regardez, ces souvenirs qui surgissent un instant...


 


Je souhaite de tout coeur qu'elle ait la joie de vivre un jour sans plus aucune violence, dans la paix.


 


Qui sait ? L'espoir est aussi à apprendre.


 


Passez de belles fêtes de Pâques, Georges.


Merci pour ces moments familiaux que vous nous offrez.



Georges 23/04/2011 11:55



Oui ce rayon de soleil qui vient égayer l'aube de notre vie me rajeunit et je ferai tout pour passer le flambeau du relais pour qu'elle connaisse ses racines maternelles . L'avenir n'est pas très
sur, mais le danger a aussi pour effet d'augmenter la solidarité . Brusquement je me dis que je n'ai jamais vu de manège en ville, comme je le voyais dans le parc de mon enfance ! Eux aussi
ont-ils fait faillite avec les cerceaux ?  Les enfants roulent maintenant en trottinettes..électriques ! A Alger, au square Bresson, on pouvait faire une promenade à dos de  gentils
petits ânes, le paysage vu d'en haut, que c'était beau ! 
Merci de m'avoir lu Quichottine et je vous souhaite de belles journées  Printanières.



Présentation

  • : des souvenirs dans un mouchoir
  • des souvenirs dans un mouchoir
  • : souvenirs d'enfance et d'adolescence
  • Contact

Recherche