Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 avril 2010 1 12 /04 /avril /2010 18:53

 

                                                            Justice !

 


Assassinats de Juifs à Ivangorod  en 1942 .

La mère essaie de protéger son enfant de la barbarie allemande.

Le photographe et ses comparses ont tué Dieu.

800px-Kiev Jew Killings in Ivangorod (1942)



Six millions de Juifs ont été assassinés par les allemands nazis et leurs admirateurs et collaborateurs européens militaires comme civils .

Du fond des profondeurs de leurs fosses nos frères et soeurs crient Justice. A Nuremberg les tribunaux n'ont condamné qu'une infime minorité de criminels . 

La plus part, sans vergogne, sont même restés en Allemagne après la guerre et vécurent et vivent heureux, prospères et entourés de leurs familles .

Et que dire des Négationnistes qui sortent maintenant de l'ombre comme des vipères et reçoivent même la Sainte protection ?.

Ces temps-ci, à Téhéran, un Hitler en puissance aboie et crache sa haine des Juifs en s'inspirant des thèses et discours de l'Allemagne brune que les Démocraties d'aujourd'hui comme celles d'il y a soixante dix ans  temporisent et refusent de prendre sérieusement en considération, puisque après-tout il n'est question que de l'avenir de Juifs en Israel .

 

Pour apprendre à nos ennemis à ne pas se hasarder à une nouvelle aventure, il aurait fallu en 1945 saisir six millions d'allemands, civils comme militaires, les affamer, les déshabiller, les tondre, leur imprimer un numéro sur le bras, leur arracher les dents aurifiées, les faire attendre des appels sans fin dans le froid glacial et les arroser à la lance, leur faire déplacer des blocs énormes jusqu'en haut des collines, leur faire brûler dans les fours leurs propres frères agonisants, en pendre pour l'exemple au son des violons, piquer au couteau leurs femmes pour les entasser dans les chambres à gaz, leur faire creuser leur propre tombe, les arroser de chaux encore vivants, se servir de leurs jumeaux pour des expériences morbides, prélever sur leurs enfants vivants des  morceaux de foie pour tester des vaccins, collecter les yeux et les épingler selon leurs couleurs,  arracher du sein de leur mère les bébés pour fracasser ces innocents sur le sol, découper la peau des tatoués pour en tailler des abats-jour, et fondre la graisse humaine pour en faire du savon. 

Ainsi à la vue de ces horreurs aurions-nous certainement ôté pour toujours l'envie à tous nos nouveaux et voisins ennemis de recommencer une Shoah.

Mais, puisque ce ne fut pas le cas, car nous sommes le Peuple du Livre, nous nous trouvons quotidiennement en manchettes dans la situation d'accusés parce que nous osons désormais riposter en Israel aux attaques criminelles du Hamas ou du Hizbola ou autres choléras téléguidés par Ahmadinejad et ses complices.

Que nos "amis" ne trompent pas, (spécialement  ceux qui pleurent des larmes de crocodile au lieu de se regarder dans un miroir), nous nous laisserons pas conduire à l'abattoir comme du temps où nos familles désarmées croyaient en la civilisation de nos pays d'origine.

 

                                                                   Voici le nouveau Gang:

                                                    

a49b83ce-230a-11df-b70f-2f57c18de210

 

-------------------------------oooooooooooooooo-------------------------------------

Partager cet article

Repost 0
Published by Georges Lévy - dans souvenirs
commenter cet article

commentaires

Quichottine 13/04/2010 16:40



"Tous savaient, sauf Dieu"... je ne sais pas.


Plus je vieillis, plus j'accepte de croire que Dieu et le diable sont cousins et s'amusent, assis sur leur canapé, à nous voir nous agiter, nous défier, nous battre, et parfois, quand même, nous
aimer, devant leur écran de téléréalité.


 


... Mais je suis une impie quand je pense cela... Je devrais avoir honte.


Je sais que je ne suis pas la première et sans doute pas la dernière à le penser.


"Le monde est un théâtre..." et nous, les marionnettes entre des mains qui ne sont pas toujours amies.


 


Mais je comprends votre colère et votre désir de justice. Existe-t-elle ?



Quichottine 13/04/2010 14:40



Je voudrais que tout cela n'ait jamais eu lieu, mais je sais à quoi la sauvagerie de l'homme peut conduire.


 


Tout cela a existé... et je sais que ceux qui le nient ont tort.


Je me dis que ceux qui photographiaient ces horreurs étaient coupables aussi... mais s'ils n'avaient pas été là pour le faire, qui pourrait croire à tant d'horreur ?


 


Ceci étant... si je peux comprendre qu'on ne se laisse pas faire, que l'on se défende contre les attaques de ceux qui en veulent toujours plus, parce que c'est plus facile de prendre ce que
l'autre à créé que d'essayer de l'imiter en vivant en paix à ses côtés, j'ai du mal à penser que l'histoire sans pardon se reproduira à l'infini. Chaque guerre, chaque événement violent, en
appelle un(e) autre, jusqu'à ne plus savoir qui a raison.


Ne m'en veuillez pas, Georges. Je sais que je vis dans un pays où, bon an mal an, il est facile de fermer les yeux tant que nos proches ne sont pas atteints par la violence ambiante, qui existe,
de plus en plus... mais je voudrais vraiment qu'un jour les extrémismes, de quelque bord qu'ils soient puissent cesser pour que vienne la paix.


 


Paix aux hommes de bonne volonté ? Je le voudrais...


J'ai comme l'impression de vous entendre me dire "tu ne vis pas cela au quotidien", et c'est vrai. Je n'ai pas vécu la shoah, je n'ai pas vécu les tortures, les camps, ceux qui existent encore,
ceux que l'on nous cache alors qu'il faudrait crier notre indignation...


 


La politique est mêlée de compromis inaceptables... que nous acceptons pourtant.


 


Que vous dire alors que vous puissiez comprendre ? Que vous puissiez admettre à votre tour ?


 


Mon pays s'appelle Utopie, plus encore que Quichottinie. Je voudrais que la violence disparaisse de la surface de notre monde... Mais seuls les enfants peuvent y croire.


 


Je vous embrasse, Georges. Prenez soin de vous.



Georges 13/04/2010 16:32



Les témoignages affluaient déjà bien avant le début de la Guerre, les Gouvernements, la Croix-Rouge, le Vatican connaissaient déjà avec précision les violences des organisations nazies. Pendant
la Guerre des témoignages de rares detenus évadés étaient parvenus en Suisse et jusqu'à Roosevelt. Personne dans le monde libre ne pouvait dire :"Je ne savais pas" . Mais meme les Alliés ont
bombardé des usines de roulement à billes, à coté des Fours Crématoires, en négligeant de faire sauter les rails qui conduisaient aux Rampes de Menguele. Chaque jour ici en Israel, une émission
radiophonique essaye encore de retrouver des traces de chers disparus dans la tourmente pour donner des réponses à ces anciens à la voix tremblante qui osent encore espérer retrouver un membre de
la famille, ou au moins de savoir où et comment :. Je viens d'entendre à la radio une chose horrible. Un détenu vient de raconter qu'au passage d'une vague de bombardiers B17 au dessus d'un
rassemblement de prisonniers juifs, une bombe par mégarde s'était détachée et avait causé dans l'explosion l'éparpillement des corps décharnés . Et bien certains de ces fantomes squelettiques se
sont emparés de déchets humains pour survivre. Il y a quelques mois, les américains avaient livré au public leurs photos aériennes très précises des Camps. Tous savaient, sauf Dieu sans doute .



Présentation

  • : des souvenirs dans un mouchoir
  • des souvenirs dans un mouchoir
  • : souvenirs d'enfance et d'adolescence
  • Contact

Recherche