Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 novembre 2013 1 04 /11 /novembre /2013 09:26
  Dans le dictionnaire figure ainsi la définition du mot "Bahut":
- Buffet bas.
- Lycée ou collège (en Argot).

Bonne ou mauvaise lecture, j'en suis le seul responsable. Hélas, je ne peux changer l'Histoire de France.
 

Vous vous souvenez, avec vos humanités, de ce poème de Lamartine, qui évoquait sa patrie, et moi, j'en souriant amèrement, parce que j'ai ces images en triple qui meublent  mes pensées: l'Algérie d'alors, la France et Israel

"Pourquoi le prononcer ce nom de la patrie ?
Dans son brillant exil mon coeur en a frémi ;
Il résonne de loin dans mon âme attendrie,
Comme les pas connus ou la voix d'un ami."

Maintenant je suis au 20 de la Rue Sadi-Carnot
à Alger, au cinqui
ème étage :


toujours le 20 Dans le salon de mes parents, j’avais deux places préférées. D’abord, le fauteuil en cuir vert tout craquelé et tiédi des rayons de soleil du matin. Je m’y installais en travers, comme un lézard sur sa muraille et y passais de longs moments de rêverie jusqu’à ce que le soleil au zénith n’entra plus par la grande porte fenêtre du balcon. Lorsque  parfois l’après-midi, maman se mettait au piano, je me cachais sous ce vaisseau de palissandre, un demi-queue de chez Gaveau,  et m’allongeais sur le tapis, à côté de la lyre du pédalier, avec mon livre préféré, "Klapp la Cigogne" et au gré des  aventures de Jacques le Poucet au dessus de l'Alsace,


Klapp la Cigogne et Jacques le Poucetme laissait bercer par  les tristes accords  d'une Étude de Chopin . (N0-3 en mi-majeur).


http://www.youtube.com/watch?v=5asPbs1-1Wc

Et quelques fois même en compagnie du petit chien en faïence que j'avais dérangé de son repos sur un rayon de la bibliothèque, pour le nourrir de miettes de mon goûter.
Quand j’étais sûr d’être seul à la maison, j’ouvrais, non sans  peine avec ses deux grosses boules de verres,  les  battants du bahut du salon. Sur l’étagère inférieure était empilée une collection  d’Illustrations de la guerre de 14-18. Je les connaissais presque tous et  aujourd’hui encore  j'en revois les images. L’une m’avait frappé: la réclame pharmaceutique de “l’Urodonal”, où était dessinée une grande tenaille mordant des reins. Et une autre réclame de lampe de poche électrique, ”Leclanché” pour s'éclairer dans les...tranchées (?).


T2eC16hHJGE9nm3sBWLBRYY57ojg60 12

   Je suivais aussi les dessins patriotiques et humoristiques d’Henriot.  Ce journal était évidement abondamment fourni de photos de guerre, mais elles étaient de mauvaise qualité, en noir et blanc,  retouchées, mais des gravures, des peintures et aquarelles en couleurs, très réalistes, les complétaient. J’y ai appris à reconnaître non seulement les uniformes et les décorations, mais aussi la vie dans les cagnas, la boue, les terres inondées où flottaient des casques, et toute la vie des tranchées, l'ancien moustachu et aguerri épaulant la jeune recrue dans les photos d'avant l’assaut, l’ultime coup de gnôle, et après le bombardement des obus, des mines, les paysages dévastés, les forêts  squelettiques, partout la mort était là, mais censurée, pas de ventres béants et d'entrailles, de cranes éclatés, mais que des blessés, bien pansés et des prisonniers allemands hagards.
On n'y lisait que des récits de bravoure des Poilus. Et même un grand reportage sur l’équipe d'un canonniers motorisé, qui avait abattu un Zeppelin, tombé en flamme. Il fallait consolider le moral de l'arrière. Les infirmières en cape, les cheveux cach
és dans un voile immaculé, promenaient les Grands Blessés dans de beaux jardins. Au Tableau d'Honneur de l'Illustration les photos de héros dans une galerie de médaillons.
Mais sur l’étage supérieur du buffet, devant la pile de disques  lourds et fragiles, à côté du gramophone "La Voix de son Maître", reposait un grand fourreau décoré de lanières de cuir, d’où émergeait le manche d’un poignard. Il était très lourd à dégager de sa gaine, et avec son manche et sa garde décorée, il ressemblait à une croix du Sud qui orne la selle des chameliers. C’était pourtant une dague  de Zouave, qui avait appartenu à mon grand-père. Je ne saurai jamais comment elle était arrivée là, car de mon grand-père maternel disparu dans la boue de la Cote 304, il ne reste que des photos jaunies et un grand diplôme avec son nom sur fond de l’Arc de Triomphe où sont inscrits sur le fronton ces vers inoubliables de Victor Hugo:

Ceux qui pieusement sont morts pour la patrie
Ont droit qu'à leur cercueil la foule vienne et prie.
Entre les plus beaux noms leur nom est le plus beau.
Toute gloire près d'eux passe et tombe éphémère ;
Et, comme ferait une mère,
La voix d'un peuple entier les berce en leur tombeau !

(Les chants du Crépuscule)

Henri Weber chantait alors, avec la France entière, le chant patriotique de “Sambre et Meuse’’.
http://dutempsdescerisesauxfeuillesmortes.net/50_chansons/02_regiment_de_sambre_et_meuse.htm
N'hésitez pas à pousser le volume. Ce chant n'a pas  été composé pour conduire la troupe au Combat, et faire lever les Morts de leurs tombes, mais pour remuer au fond d'eux même le patriotisme des foules qui à l'arrière ne peuvent vraiment imaginer l'horreur de cette Guerre.
Que cet air entraînant est loin de la réalité horrible des tranchées. ! Non je ne souris pas en écoutant cette voix éraillée d'un autre siècle.

 


Je referme ce buffet aux souvenirs sonores, pour ouvrir son synonyme de cinquantes annees plus âgé, le "Bahut". 

Alger en 1958 était devenu subitement ...gaulliste ! Les jeunes s'arrachaient à la sortie des Lycées et Collèges les écussons émaillés de la Croix de Lorraine pour les agrafer fièrement au revers de leur veston.

 

Insigne croix de Lorraine émaillée

 

Ces broches étaient la reproduction de celles que nous avions connues en 1943 quand De Gaulle atterit à Alger, devenue Capitale de la France en Guerre. Dès Novembre 1942  avec l'arrivée   bénie (pas par tous !) des Alliés, la population dite européenne se dépêcha de découdre son insigne fasciste qu'elle abordait depuis 1940 à la boutonnière,


                                                                              La "Francisque"

francisque

et aussi d'effacer les inscriptions badigeonnées  "Travail Famille Patrie" sur les facades, devise du traître Maréchal Pétain.....

Mais nous étions naïvement en 1958 plein d'espoir que les soulèvements musulmans et les attentats cesseraient avec une réconciliation dont De Gaulle était le ferment patriotique. Ainsi entre autres journaux et feuilles de chou, sortit une édition spéciale créé par les étudiants naïfs des classes terminales, intitulée "Le Bahut". "Notre génération sera celle du grand combat, si nous répondons tous présent, ce sera celle de la victoire", ainsi était imprimé le slogan de cette feuille pleine de fougue, mais éphémère comme l'Algérie française condamnée à mort par celui qui devait être son sauveur !.....

 

 

le Bahut

Épilogue:


Pour finir ce sont nous, les habitants français, qui furent après 130 ans de labeur... transbahuter vers l'amère Patrie.


Notes et crédit des illustrations :


Du Temps des Cerises aux Feuilles Mortes:

http://dutempsdescerisesauxfeuillesmortes.net/50_chansons/02_regiment_de_sambre_et_meuse.htm


Le 13 Mai 1958:

http://nice.algerianiste.free.fr/pages/bahut.html#page3

 

(Ce texte étant programmé, je ne pourrai répondre rapidement aux éventuels "comme en terre", et m'en excuse d'avance ! ).

 

 --------------------------------oooooooooooooooooo----------------------------------                                    

Partager cet article

Repost 0
Published by Georges Lévy - dans souvenirs
commenter cet article

commentaires

GABY 15/12/2013 11:43


coucou georges ... tout doucement je reviens mais c'est vraiment dur encore d'accepter mon nouvel état


à bientot

Georges L. 20/12/2013 15:48



Quelle plaisir que de vous lire ! Piano piano, vous triomphez grâce à votre inébranlable volonté. Bravo, avec toutes mes amitiés.



René 09/12/2013 13:37


Merci Georges ,j'ai pu ainsi compléter l'article,


Amités


René


http://algerazur.canalblog.com/archives/2013/11/19/28467814.html

René 08/12/2013 17:44


Bonjour Georges ,encore des souvenirs précieux et une transmission de la mémoire pour nos jeunes.De plus grace à toi je découvre le site de la Chanson francaise que j'ai mis dans mes favoris.


Amitiés


rené

GeorgesL. 09/12/2013 10:03






Bonjour René



Tu as fait un beau travail sur le Cirque Amar !


Je voudrai ajouter mon souvenir: Ce Cirque, nous étions allés l'admirer sur le terrain des Champs-de-Manoeuvres.


Mon frère et moi avions été frappés par la présentation des fauves avec le dompteur qui était alors le fameux Victor Soulevitch. Après le
départ du Cirque ce nom nous était reste gravé et nous le prononcions souvent dans nos
jeux


! Je t'envoie la photo exceptionnelle de Victor, de dos, avec les cheveux lisses. Je n'ai pu
l'insérer convenablement je ne sais pourquoi dans ta rubrique commentaire !


Cordialement.


Georges L.












Georges Levy 04/12/2013 11:14


Bonjour Margareth,



Ces temps-ci, j'étais un peu en perte de vitesse ce qui  explique mon éloignement de notre chère "toile".


Ces Guerres sont comme les braises, alors qu'on les pensaient éteintes, elles se rallument avec encore plus de force. Dans notre monde moderne, la terreur s'est installée et combinée avec la
lâcheté des démocraties, elle est devenue  nucléaire. Temporiser dans la tempête en jetant du lest n'empêchera pas bientôt à nos frêles embarcations de couler si les Grands de ce monde
pourri ne se ressaisissent pas.


C'est un beau projet que de numériser vos documents de 14-18. Car au moins si "Verba volant, scripta manent".


Je vous souhaite un mois de Décembre pas trop rigoureux.


Amitiés ensoleillées, car ici l'hiver n'est pas encore arrivé!  


Georges L.

margareth 24/11/2013 20:02


Que se passe-t-il, Georges ? Plus de nouvelles ?

Georges L. 09/12/2013 13:02



Bonjour
Margareth,


Excusez-moi pour mon retard à vous remercier de vos
commentaires, mais quelques fois le moteur a des ratés !


On nous avait promis que ce serait "la der des der", mais depuis 14-18 je n'ai pas assez de mes dix doigts pour compter les conflits sanglants qui s'y
sont succédés.


Il ne me reste que la photo de mon Grand-Père maternel en tenue du 4eme bataillon de Zouaves. Curieux fez, gilet passementé et pantalons bouffants à
l'algérienne qui me font tristement sourire. C'est pourtant avec sa permission en poche qu'il s'était porté volontaire pour une mission dangereuse sur la cote 304, près du village
d'Esnes, et n'en est pas revenu et jamais son corps n'a été retrouvé, comme de centaines de milliers d'autres foudroyés par les obus allemands. Lorsque je passe à Paris, je
m'incline toujours sur la tombe du soldat inconnu. En
Israel, nous avons transféré il y a quelques années les corps de nos parents décédés à Paris, à cause des graffitis sur leurs tombes et avons sur la pierre ajouté le nom de
mes Grands-Parents dont les tombes avaient été profanées au cimetière
d'Alger après qu'en 1962 les Français aient été chassés d'Algérie....
"Un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre".


Bonne semaine Margareth.



Présentation

  • : des souvenirs dans un mouchoir
  • des souvenirs dans un mouchoir
  • : souvenirs d'enfance et d'adolescence
  • Contact

Recherche