Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 septembre 2010 6 25 /09 /septembre /2010 09:08

 



Le 14 Juillet est la Fête Nationale des Français (1). Un jour de congé payé pour les citoyens et de vacance pour les écoliers. Un singulier défilé maintenant non traditionnel mais pluriel, avec comme invités dans les tribunes des ambassadeurs chamarrés, et à la parade des unités de nos ennemis d'hier, qui cette fois ne descendront pas les Champs-Élysées au pas de l'oie. D'ailleurs suivant cette logique, il faudrait y inclure aussi un peu de blanc avec des troupes royalistes pour célébrer la réconciliation totale..(rires en fond d'écran). Le tout pour commémorer ce jour de boucherie où la plèbe mêlée aux femmes de petite vertu  y trouvèrent l'occasion de se défouler sur le dos des vieux gardiens de la Bastille et de porter au bout d'une pique la tête du Gouverneur de cette prison quasiment vide de prisonniers de qualité !.
Hélas l'homme a la mauvaise habitude de ne revenir aux bonnes manières que lorsque la Paix est rétablie.
Mais pour nous, cette date historique est une double fête car est venue au monde (et au rendez-vous précis) une petite fille, adorable bébé qui depuis le 14 Juillet 2010 éclaire nos heures.

 

  Sage, comme une image

                                                                      IMG_1170.JPG

 

 

 

J'aurai tant voulu que ses arrières Grands-Parents soient là pour se pencher sur le berceau, mais ce serait changer la course irréversible du temps...
J'ai donc commencé son éducation en classant les livres en français que mes parents avaient offert à mes enfants à chacun de leur visite en Israel. Mon père s'était même appliqué à traduire et écrire en hébreu, avec des lettres hésitantes les noms des "Animaux de la Ferme" pour mieux se faire comprendre de ses petits-enfants ! Priver un enfant de la connaissance de la langue française  c'est comme rogner les grandes plumes d'un oiseau et empêcher son envol. Et puis internet abonde de comptines de ma jeunesse que je lui murmurerai pour la bercer.

Quand elle chaussera toute fière ses premières bottines, assise sur le tapis, je lui chanterai en posant ma main sur ses petits pieds :

 

Petit soulier d'or et d'argent

Maman t'attend au bout du champ

Pour boire le lait caillé

Que les souris ont barboté

Au bout d'une heure, deux heures, trois heures,

Petit soulier va t'en !


L'hébreu, elle l'apprendra naturellement. Mais je souhaiterai que très jeune elle se familiarise aussi avec l'anglais qui est encore la langue véhiculaire du savoir. Et puis je lui glisserai quelques mots en yiddish (que je ne connais pas du tout), mais dont j'ai le souvenir paternel. Et je lui souhaite de faire de solides études, de choisir les matières qu'elle aimera bien pour se réjouir d'apprendre et ne pas en souffrir. Mais avant je la verrai (peut-être) avec une grande fierté faire des pointes sur ses chaussons de chez Repetto (2), ou nous jouer au piano la Lettre à Élise. Je suis sur qu'elle sera, comme sa mère, douée pour le dessin, et je lui offrirai à temps des crayons Prismalo, et une grande boite de couleurs et même un petit chevalet. Quant aux jouets, j'en ai vu tout en bois peint, du cheval à bascule au jeu de construction, bien plus attrayant que tous ces objets en plastique dangereux qui traversent la Mer de Chine pour nous envahir. La question sera de savoir si je résisterai plus tard à lui offrir un train électrique ou un voilier bien vernis, au lieu d'un jeu de cuisinière avec les casseroles miniatures ? ....Sûrement nous choisirons une poupée, qui ferme ses paupières en s'endormant à coté d'elle.
Les peluches, elles, garnissent déjà la commode...Nous irons ensemble au Grand Bassin chercher sous les nénuphars les carpes mouchetées, et avec un peu de chance verrons la tortue d'eau aux yeux rouges se réchauffer au soleil sur la pierre plate.
Les pigeons se hasarderont à picoter les miettes de biscuit jusque près de ses petites sandales. Je l'entends déjà pleurer quand les fourmis viendront chatouiller ses minuscules doigts de pieds....Alors je la prendrai dans mes bras en riant, puis lui expliquerai combien ces ouvrières sont charmantes et prévoyantes et elle se calmera à la musique rassurante de ma voix
Bien sur quand sa bouche sera barbouillée de la confiture de son goûter, je lui essuierai ses lèvres en lui disant affectueusement comme ma mère  en avait l'habitude "Barboucha" ! (En fait ce mot algérien Berbucha désigne le Couscous, et je ne sais par quelque miracle d'amour maternel il a pris ce sens dans ma famille !). 
Par contre je ne suis pas en mesure d'éloigner d'elle les nuages gris qui s'annoncent à l'horizon. Sans le vouloir et le savoir, elle est née petite héroïne fragile qui va devoir entendre (le plus tard possible) ces sirènes d'alertes qui nous  transforment en statue de pierre au moment où il faut vite courir  chercher un abri.  Je suis sur qu'elle retiendra de son entourage en grandissant la largeur d'esprit de sa famille et saura bien se garder de tous ces préjugés qui ne demandent qu'à remonter à la surface et  à nous empoisonner la vie. Mais pour cela il lui faudra lire beaucoup de livres pour tirer les leçons du passé. J'espère qu'à ses dix-sept ans elle n'aura pas à recevoir la première convocation pour la conscription. Mais combien de guerres nous aurons dévoré le meilleur de nous-mêmes d'ici-là ? Et si par malheur les pays arabes n'avaient pas encore à cette date décidé enfin de laisser vivre Israel en paix, et bien qu'elle serve au mieux son pays !.
De toutes les façons il sera trop tard pour moi d'assister à la cérémonie du Serment à la fin de ses classes, alors je me laisse à l'imaginer semblable à sa mère en uniforme à son âge, en feuilletant l'album de famille.

Mais l'essentiel est qu'elle soit pleinement elle-même en réalisant toutes ses aspirations pour être heureuse et si par hasard elle découvrira un jour ce blog qui sera aux objets perdus non réclamé faute de propriétaire, qu'elle sache qu'elle a ensoleillé nos vieux jours.



Notes:

(1) Quoi, déjà une note ? Elle n'est destinée qu'à ceux encapuchonnés qui pour une raison ou une autre ont préféré la rue aux Cours d'Histoire :

http://www.herodote.net/histoire/evenement.php?jour=17890714

 (2) Repetto un grand magasin d'articles de Danse de la Rue de la Paix, ou nous n'avions pas résisté à la folie lors d'une escapade parisienne d'y acquérir pour  notre fille aînée de vrais chaussons de petits Rats pour ses cours dans un Studio de Tel-Aviv. Plié, relevé, ouvrez en grand votre porte-monnaie...

  ------------------------------------oooooooooooooooooooooo---------------------------------------

Partager cet article

Repost 0
Published by Georges Lévy - dans souvenirs
commenter cet article

commentaires

Quichottine 05/10/2010 20:38



C'est vrai que les rêves sont faits pour être rêvés, mais certains se réalisent pourtant...


 


Qui sait pour ceux-ci ?


Certains rêves sont du domaine du possible.


 


J'ai adoré la façon de vous parlez de votre rôle de grand-père... il n'y a pas d'examen, pas de rattrapage possible non plus, mais lorsque l'amour est là, la moitié du chemin est déjà parcourue.


 


Je vous renouvelle mes voeux...



Georges L. 09/10/2010 10:35



Je suis un reveur né. D'ailleurs à l'école primaire j'étais toujours assis sur le banc le plus proche de la fenetre grande ouverte sur la feuillure d'un palmier dont la brise balançait les hautes
branches... Georges au piquet !



fanfan 02/10/2010 10:40



Les rêves d'un grand-père pour sa petite-fille, c'est magnifique !



Georges L. 02/10/2010 12:48



Bonjour Fanfan,
Je répondrai par une citation de Coluche:
"On croit que les rêves, c'est fait pour se réaliser. C'est ça, le problème des rêves : c'est que c'est fait pour être rêvé " !.



galet 30/09/2010 22:53



Que toutes les bénédictions que vous invoquez tombent en pluie d'étoiles sur la tête de ce petit être qui tient une si grande place dans votre vie. Elle n'est pas née dans une période faste, ni
dans un pays apaisé. Aussi je partage avec vous ce voeux qu'elle hérite d'une grande largesse d'esprit lorsque le temps sera venu pour elle de comprendre et de juger. Mais en attendant, qu'elle
s'émerveille de tout : de la poussière dorée qui danse dans un rayon de soleil, des reflets métalliques des carpes du grand bassin, de la taille du gros pouce sur lequel sa petite main se
referme, des sourires qu'elle fait naître. Allez... Ca ira, ca ira...!



Georges L. 01/10/2010 15:41



Bonjour Galet,


Il y a quelques semaines, on pouvait effectivement observer presque chaque nuit une pluie d'étoiles filantes !.Il n'existe aucun pays où règne la serénité et à chacun son effort pour vivre
heureux avec les hommes et la nature. Mais les plus belles heures sont celles de l'innocence, quand l'enfant ne sait que chercher son pouce, dans l'écrin de la protection maternelle. Après, aux
parents de l'armer au mieux pour affronter les difficultés qui se dresseront sur son chemin. C'est le sel de la vie, encore que trop salée elle en devient parfois difficilement consommable !
Merci de vos voeux sincères.


 



Miangaly 30/09/2010 19:16



Ce billet est très beau et très émouvant aussi ! La vie lui a fait un premier cadeau à cette merveilleuse petite fille, celui d'arriver dans votre famille, Georges, vous allez être un formidable
grand-père !


Meilleurs voeux et toute mon amitié !



Georges L. 30/09/2010 22:23



Merci pour vos voeux chaleureux. Etre Grand-Père, je vais essayer, c'est un Art nouveau pour moi, va me falloir consulter Victor Hugo....Le problème c'est de ne pas rater mon examen, car dans ce
cas on ne peut doubler de classe !


 



Maya 28/09/2010 19:38



Des moments inoubliables pleins de tendresse!
Le temps est irréversible, mais c'est normal, il ne faut pas avoir de regrets, rien n'est jamais vraiment perdu.
Passez une bonne soirée.
Amitiés
Maya



Georges L. 28/09/2010 22:48



Bonsoir Maya,


Merci de m'avoir lu. J'essaye de cueillir et préserver ces instants de bonheur, avec au fond de  moi-meme la connaissance que ce ne sera pas éternel. Brusquement cette naissance qui nous mis
en joie, me rappelle qu'il n'y a pas si longtemps c'était celle de ma fille et qu'ainsi lorsque l'un croit l'autre...décroit ! Notre vie n'est pas linéaire mais parabolique .



Présentation

  • : des souvenirs dans un mouchoir
  • des souvenirs dans un mouchoir
  • : souvenirs d'enfance et d'adolescence
  • Contact

Recherche