Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 juin 2012 6 30 /06 /juin /2012 17:00

 

Ou flâneries d'un touriste dans le Paris de 2012.

Savez-vous pourquoi ce bazar à la Porte de Vanves n'est-il qu'un  "Marché-aux-Puces" ? C'est parce qu'il y a bien longtemps :


Un Pou et une Puce
Sur un tabouret
Qui jouaient aux cartes
Le pou a gagné !
La puce en colère,

 De cette trahison,

Le jeta par terre...

Et lui crêpa le chignon !

 

Cette chansonnette nous la chantions mon frère et moi quand nous jouions au jeu de cartes de la "Bataille". Comme il y avait toujours un perdant, la partie se terminait aussi mal que la comptine....


Alors j'ai commencé mes flâneries en remontant lentement la  Rue Marc Sangnier.

Dans ce quartier rouge, vous oublierez le vouvoiement, car nous y sommes en pays de "prolos" !

J'ai tout de suite été attiré par ce jouet fabriqué par la firme  Marklin: une machine à vapeur que je comptais parmi mes trésors dans ma chambre bleu à Alger. Je réchauffais la chaudière avec une pastille d'alcool solide "Méta" et le piston poussait la bielle et le volant se mettait à tourner, comme dans une vraie locomotive ! Cent fois je l'avais démonté ce tiroir à piston pour en changer le segment en cuir et  même poussé les feux à la faire éclater ! Je me sentais mécanicien de locomotive et avec le charbon des allumettes que j'allumais en quantité, je m'en barbouillais les joues comme un ersatz de suie....

Mais que fut le passé aventureux qui habita ce crane à la mâchoire défoncée  ? Le résultat d'une rixe dans  les "fortifs", du temps quand cette Porte était à la limite de Paris  la Zone des mauvais garçons,  ou un Versaillais ou un Communard ? En tout cas ce crane, au lieu de s'ennuyer au fond d'une fosse commune, alimente sinistrement la curiosité des passants qui le dévisagent.

 

img 1092

 

  Ce serre-livres décharné est lui, aussi curieux qu'épouvantablement laid. Bon pour ranger les livres d'un médecin légiste.... 


img 1093

 

Cette dame, qui n'est pas au Bois de Boulogne, se protège du froid matinal avec des fourrures qui cachent savamment sa nudité..

 

 

  img 1095

 

 

  Le propriétaire de cet étal où foisonnent des objets ne semble pas satisfait d'être  photographié. J'aurais bien jeté mon dévolu sur son Polichinelle de métal,et l'emporter si je n'étais pas en voyage.

 

img 1098

 

Un instrument de musique pas trop cabossé qui a du faire les beaux jours d'un orphéon.

Les gravures en couleurs sont des feuillets détachés ( sacrilège!) de livres en plus ou moins bon état, et ainsi qui se vendent plus facilement au passant pour les encadrer....

 

  img 1101

 

De jolies poupées aux têtes de faïences. Mais moi j'ai surtout aimé cette maquette de voilier à quatre mats, si bien détaillée avec ses cordages compliqués et  l'accastillasse miniature dont les canons à boulets.

 

img 1102

 

Des boites originales de "Méccano" ! Notre regretté Père nous avait offert un sachet de ces pièces de métal laqué qui permettent aux enfants imaginatifs de se fabriquer un jouet, quitte à le démonter pour en créer un autre. Un jeu inégalé pour développer la coordination manuelle et concrétiser des inventions. Dans les années de restrictions, mon père qui trouva ces pièces peintes en bleu,  alors très rares, fabriqua lui-même deux boites en bois pour mon frère et moi. C'était pour nous les offrir pour "Hanouka" qui coïncide avec Noël. A court de temps, il ne lui resta que la veille au soir pour se lancer dans des travaux de menuiserie. Nous l'entendions scier et clouer des lattes très tard dans la nuit ! Le matin nous fut offert ce jeu de construction  dont les écrous et vis étaient rangés soigneusement dans leurs compartiments.  Un merveilleux souvenir. Quant aux voisins polis, qui ne purent sans doute pas fermer l'oeil dans les bruits de marteau clouant le bois dur, ils se rattrapent maintenant en dormant d'un sommeil éternel...

 

img 1103

 

  Des wagons dépareillés de mon époque: du temps où ils étaient fabriqués en tôle étamée peinte. Depuis les créations en métal fondu ou plastique moulés sous pression, permettent des détails très fouillés. ....Mais très superfétatoires pour l'imagination créative enfantine. Avouons-le, ces merveilles sont produites surtout pour les adultes connaisseurs et riches collectionneurs qui les mettent sous cloche à l'abri de la poussière et des petites mains potelées...

Mais qu'en est-il devenu de la poésie du toucher ?

 

img 1104

 

Vitrier ! Vitrier ! Voici comment il transportait avec un harnais son fardeau sur son dos. Appréciez ce bandeau de cuir qui devait cerner son front pour l'aider à porter sa charge fragile.

 

  img 1106

 

  Une chaise cannelée aux attaches si fines que je n'aurai  jamais osé  de m'y asseoir de peur de la briser.

 

img 1107

 

 

Un souvenir peint à l'huile ( assez naïf  d'ailleurs ) du Sud algérien ! Des soldats en chéchias, gilets brodés et pantalons rouges se promènent devant une mosquée....Ce n'est pas ici que le flâneur découvrira un Dinet égaré...Mais peut-être qu'un algérien en mal du Pays, l'emportera pour l'accrocher chez-lui.

 

img 1108

 

Ce personnage qui aurait pu être celui d'un acteur de théâtre, est le musicien de ce marché. Il semble assez ignoré des passants qui essayent de dénicher une trouvaille à leur goût. Son piano a des sons d'un autre temps. Les pièces dans le panier en osier sont rares. Il doit pourtant s'efforcer d'en accumuler assez les  beaux jours pour passer l'hiver. Vu son visage ravagé, ce doit être la disette perpétuelle...

 

 

img 1109

 

 

L'artiste vénérable joue sur un piano crasseux, aussi fatigué que le siège qui tient grâce à du ruban adhésif. Remarquez le piano équipé de roues en caoutchouc pour faciliter les déplacements...Chaque Samedi et Dimanche, il accompagne de ses notes plus noires que blanches, les visiteurs. Je ne sais s'il doit payer une redevance à la Ville. 

C'est une misère à roulette. Question de mobilité, comme  l'étal de Crainquebille pour  circuler eventuellement sur l'injonction d'une Pèlerine. Comme les vendeurs  à la sauvette qui cachent leur gagne-pain dans un parapluie.

C'est à la fois une misère de la musique, et la musique de la misère....

 

img 1110

 

 

Ce Biplan est assez bien conservé. Il ressemble fort à un "Spad", cet avion remarquable de la guerre de 14-18. Contrairement au "vrai" en bois et tout entoilé, cette maquette est en tôle emboutie. 

Il lui manque la mitrailleuse montée au centre sur l'aile supérieure, là où se trouve l'encoche arrondie. Ce n'est que sur les plus nouveaux modèles de "Spad" que fut installée une mitrailleuse tirant à travers la rotation de l'hélice grâce à un ingénieux système de synchronisation. Encore un objet que j'aurai bien souhaité emporter avec moi...

 

img 1112

 

Le toutou est bien silencieux, rêvant sur ce canapé, et pour cause, car  il est bourré de paille...

    img 1111

 

 

La haute chaise cannelée pour bébé, est à combinaison: droite pour donner à l'enfant son repas, ou pliée pour la transformer en table de jeu avec sa chaise ! J'en ai connu une semblable avec son boulier ! Un jour, j'étais déjà en âge de sortir tout seul de ce meuble ingénieux, et je ne sais pourquoi, à la fin du déjeuner je me suis approché à quatre pattes avec une fourchette à la main de la prise électrique dans la salle à manger et y piqua cet ustensile tout en métal. Le Dieu de l'électricité eut pitié de moi et ne m'infligea qu'une violente secousse à 110v dont j'en ai encore le souvenir cuisant.

 

  img 1227

 

Encore une belle maquette en bois : celle d'un "Thonier de Concarneau" (?).

 

img 1229

 

Circulant entre les étals, et contemplant avec des yeux de connaisseurs des objets de l'Extrême-Orient, j'ai croisé un beau couple de Japonais habillés traditionnellement et comme descendus d'une gravure. Je n'ai pas compris s'ils étaient simplement des élégants où déguisés là pour attirer les badauds . De toutes les façons je leur ai demandé en mauvais Anglais (..ils m'ont répondu en bon français !) de bien vouloir poser pour un cliché pas du tout de couleur locale !

Banzai ! Qu'elle est troublante cette Geisha en Kimono !.

 

 

img 1233-copie-1


 

Un plateau de soldats en aluminium finement peints. Moi je n'eus que des soldats en plomb écaillé qui ne tenaient plus debout, sans doute épuisés par les guerres successives...Alors je les avais remplacé par des pièces de monnaies de différentes tailles qui avaient l'avantage de pouvoir être alignées sur le tapis de ma chambre bleue...Je fronçais le tapis de haute-laine pour en faire des montagnes où partaient à l'assaut les pièces trouées à l'effigie de la francisque de l'Etat-Français (!!). Ce n'est que plus tard qu'en fin je pus organiser mes combats vainqueurs avec de lourdes pièces jaunes de 2 Francs frappées par les Américains après leur débarquement triomphal en Algérie en 1942...

 

img 1235

 

Des couverts dépareillés et des objets en faux ivoire, et une horloge ancienne à ressort.

A coté d'elle un très ancien projecteur de film muet 8m/m en état de marche.

 

img 1241

 

  Bien-sur, c'est avec  ce camion en bois que j'aurai aimé jouer...( Même maintenant, mais ne le répétez-pas !)

 

img 1242

 

Voici une agréable bibliothèque avec ses jolies charnières en cuivre, pour éventuellement ranger mes livres. Je n'ai pas osé en demander le prix, puisque de toutes les façons je ne l'aurai pas acheté !

Mais rêver n'est pas interdit...

 

img 1243

 

Ce cheval à roulettes a du faire la joie d'une enfance gâtée dans les années 20.

 

img 1246

 

Cette gravure patriotique émeut encore et pour toujours. Ces Zouaves épuisés et prisonniers des casques à pointes murmurent :

" Quand reverrons-nous la France ?"

 

img 1251

 

 

Cette caisse en tôle n'est pas une antiquité ! Elle me rappelle pourtant une semblable peinte en vert, où j'avais entassé mes bouquins techniques pour les envoyer par bateau en Israel . J'avais spécifié au transporteur une adresse de livraison à Ashkelon ( Sud de Tel-Aviv) où je devais m'installer, mais elle arriva au port de  Haïfa, c'est à dire 160 km plus au Nord...Je pris donc l'autobus pour me rendre à la ville portuaire. Les bateaux-marchands,  l'odeur de sel et les moirage des taches de mazout me rappelaient mes promenades sur les quais d'Alger,

Pour sortir du périmètre ma très lourde caisse, je dus passer à la Douane. Là un employé soupçonneux me fit déballer mon trésor. Ce Douanier décida que je devais payer une taxe à l'importation...Je lui expliquais transpirant et brûlé par le soleil d'été, (car j'avais déjà fait des kilomètres pour trouver l'employer ad-hoc), que ces livres n'étaient pas neufs mais à usage personnel pour mon travail. Comme il faisait semblant de ne pas comprendre, je sortis de mes gonds et l'invectivais : immédiatement il m'enjoint de le suivre au Poste et là se plaignit de ma conduite ! Je me voyais déjà commencer ma vie de citoyen en Israel derrière les barreaux ! Heureusement pour moi, le "supérieur" d'origine marocaine comprenait le français et me rendit et la liberté et mes livres chèrement acquis...

C'était le début de mes pérégrinations et de mes aventures en pays et langue inconnus.

 

img 1244

 

La dernière photo qui n'existe pas:

C'est celle justement d'un appareil miniature tenant dans le creux de la main, fabriqué au Japon. Entièrement mécanique ce bijou photographique était sans doute l'objet de prédilection des espions, du moins ceux des romans policiers. Il était sous vitrine, et accompagné d'un minuscule rouleau de sa pellicule originale. Un objet de collection car son prix atteint celui d'un moderne appareil digital...Mais l'exposant ne me permit pas d'en faire un cliché-souvenir. "Tiens-tiens, tiens, bizarre autant qu'étrange"....comme disait Marcus Bloch dans le rôle de l'inspecteur Pluvier, lors des émissions policières dominicales de Radio-Alger-de-ma-jeunesse !

Ainsi au hasard de mes pas j'ai retrouvé des objets de mon enfance dans ce marché  parfaitement tenu dont je remercie les vendeurs qui,  pour la plus-part m'ont permis de rapporter ces souvenirs photographiques au delà de la Méditerranée. 

Les jours de vague-à-l'âme, j'aime revenir sur ces clichés:

Paris te reverrai-je un jour ?

 

 

-----------------------------------oooooooooooooo---------------------------------

Partager cet article

Repost 0
Published by Georges Lévy - dans souvenirs
commenter cet article

commentaires

Galet 05/07/2012 09:14


J'ai adoré me promener dans ces Puces à travers vos yeux ! J'ai fait sans doute de subtancielles économies en les parcourant ainsi, car j'aime chiner et me laisser tenter... Mais je suis aussi
venue vous dire ici combien j'ai aimé votre commentaire, chez Quichottine, sur l'article du train de Liza. Votre père était un grand "Papa".

Georges L. 05/07/2012 12:42



Grace a Google j'ai appris l'origine du verbe "chiner"!


Je, vous,ils elles, aiment "chiner"...mais moi je n'en connaissais pas l'origine, je cite ::

http://metrofrance.com/blog/expression/2009/04/19/quelle-est-lorigine-du-mot-chiner/

"Personnellement, je pensais qu’il y avait un lien avec le verbe chiner, de Chine, relevant le côté bigarré d’un tissu, d’une étoffe. Eh bien non ! Il ne s’agit rien d’autre que d’une déformation
du verbe – s’échiner. On a envie de dire… tout simplement ?! Les pêcheurs de lune passaient de porte en porte pour récupérer les objets qu’ils transportaient sur leur échine, avant d’aller les
vendre au marché. D’où le nom… Alors,  bonne chine !"...et bon dos !!!!




















 



Monique Dinet 03/07/2012 16:28


Je ne suis pas sûre que toutes les Japonaises en kimono sont exactement des geishas...  quant aux Japonaises vêtues à l'occidentale, sait-on jamais si l'une ou l'autre n'est pas une geïsha
en civil ? Heureusement que vous n'avez pas salué ces deux jolies femmes ainsi : "Bonjour, Mesdames les geïshas!".


J'ai eu plaisir à vous suivre dans votre visite aux Puces. Vous regardez tout, avec une curiosité de fouineur , et votre regard s'attarde sur les objets qui vous "parlent", dîtes-vous très
justement.. Ils vous parlent de vous, s'adressant directement à vous souvenirs, ceux du petit garçon armé d'une fourchette, et qui tente une de ses premières expériences scientifiques. J'imagine
la ferveur avec laquelle il se débrouilla pour introduire un peu de métal dans un des petits trous qu'il devait s'agir de curer , non ? You were a naughty boy, et sans doute l'êtes resté... on ne
répètera pas qu'à votre âge vous seriez prêt à jouer avec ce camion de bois... ou alors, avec des soldats de plomb... un mécano ! à savoir si le tas de poupées ne ferait pas les délices des
jolies petites cousines...


Petit regret concernant le tableau, qui n'a pas jugé bon de sortir des mains d'un certain orientaliste. L'avion manque d'une pièce, vous l'avez vu tout de suite; le bateau est mieux, il fait son
effet sur la photo ... Mais quatre mâts, dans une valise...


Ou bien il vous faudrait une malle, cette cantine bleue... Oui, mais que dirait la douane israélienne ? elle était très sourcilleuse, déjà, lorsque vous aviez prétendu recouvrer votre bien, une
provision de bouquins techniques; et ça a paru louche... votre douanier était sans doute hermétique à la science et aux techniques.


Quant aux uniformes... j'ai vu récemment un documentaire sur ces malades de l'uniforme. Ils se déguisent et jouent aux soldats grandeur nature, uniquement dans des propriétés privées.


Cette maladie ne concerne pas que des uniformes nazis. Il y a une vingtaine d'années on m'a parlé de vraies "petites" reconstitutions de guerres. Les "soldats" se fabriquent leurs uniformes...
ils crapahutent, lourdement chargés... c'est dangereux... Tous ne reviennent pas indemnes.


Enfin, il y a des clubs de vieux messieurs qui de temps en temps s'amusent très sérieusement dans leur salon à reconstituer un épisode marquant d'une guerre, pendant des mois chacun achète les
soldats, les peint un par un, grosses recherches en iconographie (pas un bouton de guêtres ne doit manquer).


Quand je pense à ces combats dans les salons de ces messieurs ( les dames prennent la fuite , bien sûr ) ... les bras m'en tombent.


Vous êtes à votre affaire lorsque vous vous promenez.


"Promenons-nous... dans les bois ... Pendant que le loup n'y est pas ! "


 


 

Georges L. 04/07/2012 14:33



Les passions des collectionneurs  sont compréhensibles pour essayer de revivre une époque qui les fascine spécialement. Quant aux déviations maladives, c'est à Freud de les expliquer.
Les Marches aux Puces ne méritent pas de les satisfaire et la Police pleine de malice doit appliquer la Loi contre le pas de l'Oie. Mais quelle satisfaction de dénicher un objet pour décorer son
salon ou orner une étagère. Moi je me suis contenté de choisir et emporter virtuellement ce dont j'avais envie qui n'entrerait pas dans dix caisses....
Il y a aussi pas très loin dans le 15eme, un marché de Livres d'Occasions très célèbre où j'ai traîné mes jambes fatiguées par ces excursions parisiennes. Il fallait écouter les dialogues entre
connaisseurs qui s'y donnaient rendez-vous...De vrais chanceux...



René 03/07/2012 11:29


Merci Georges,pour cette belle promenade et ces beaux clichés... je ne connais pas..mais en lisant,je ne sais pourquoi ,j'ai pensé longuement à la rue bab azoun et ses arcades où l'on était à
l'abri du soleil...promenades agréables du temps de notre jeunesse.......Bonne journée,cher Georges

Georges L. 04/07/2012 14:08



Les promenades sous les arcades de la Rue Bab-Azoun étaient dangereuses... à cause des passages du tramway dans cette rue étroite, qui rasait ces célèbres piliers qui nous fournissaient une ombre
si agréable ! Le vent du déplacement de ce véhicule  brinquebalant décollait les affiches-réclames des arcades !  Un oncle de ma mère avait sous les arcades un magasin de confection " A
La Belle Fermière",  ( va savoir pourquoi cette enseigne ! ), dont j'ai retrouvé la réclame sur internet...Un siècle s'est déjà écoulé...


Bonne semaine !



Liliane 30/06/2012 20:12


Merci Georges pour cette bien jolie promenade nostalgique... Merci aussi d'avoir partagé avec nous ces beaux souvenirs ! J'y ai découvert également des objets que j'aurais aimé emporter... Pour
moi Paris n'est pas si loin... J'adore ces marchés aux puces, vous me tentez !
Bon dimanche, à bientôt.

Georges L. 01/07/2012 22:11



Bonjour Liliane, 
Il y a quelques années j'avais visité le Marché aux Puces de la Porte de Clignancourt. On y vendait des clous rouillés à même le trottoir, et d'un autre coté de superbes meubles du Faubourg
St-Antoine ! Mais je me suis fâché avec un spécialiste d'effets militaires, qui proposait un uniforme d'officier.... nazi ! Il m'expliqua, à ma stupéfaction, que certains jeunes n'hésitaient
pas  à payer très cher ces oripeaux pour les vêtir chez-eux, et s'admirer dans un miroir ! De vrais malades...en liberté !
J'avais déniché dans un amas d'illustrés, un numéro spécial consacré au "Normandie" , avec de nombreuses  aquarelles de ses Intérieurs luxueux. Une merveille que je feuilletais souvent,
allongé sur le tapis du salon de mes parents dans les années 50, et que je retrouvais à Paris après un demi-siècle de séparation....



Quichottine 30/06/2012 19:27


Je ne sais pas, Georges. J'ose espérer que vous reviendrez, un jour ou l'autre, avant longtemps.


 


Le marché aux puces... Je n'y suis jamais allée. On dit ici qu'il est devenu trop cher, peut-être pour excuser le fait de le laisser aux touristes et aux initiés.


En tout cas, vous nous en montrez de très belles images. Merci !!!


Mon frère adorait son mécano... Il n'est plus de ce monde et j'ignore ce que sont devenues les boîtes quil avait conservé avec autant de soin que ses petites voitures de collection.


De beaux souvenirs que je comprends que vous ayez dû emporter en images...


Merci de les avoir partagés avec nous.


Que votre soirée soit belle. Passez un bon dimanche.

Georges L. 01/07/2012 21:39



Bonjour Quichottine,


Oui c'est vrai, bien des objets sont chers mais souvent sont achetés sur un coup de coeur par les non-initiés qui ne peuvent se retenir de rapporter chez eux une belle curiosité. Moi, en tant que
touriste, ai échappé à ces tentations, me contentant du plaisir de la découverte de jouets contemporains de ma jeunesse ! A un étal où étaient disposées diverses cartes  postales, j'ai
échangé quelques propos avec un vieux monsieur fouillant dans le tas et  outré d'y trouver la photo d'un collaborateur notoire , et j'ai écouté avec patience et intérêt son passé de
résistant désabusé. Une vraie tranche d'Histoire à sa source ! Comme quoi les objets ont souvent bien des choses à raconter. Il suffit de les faire parler.


Bonne Semaine !



Présentation

  • : des souvenirs dans un mouchoir
  • des souvenirs dans un mouchoir
  • : souvenirs d'enfance et d'adolescence
  • Contact

Recherche